Opposition copie

L’OPPOSITION OEUVRE À LA TENUE D’UNE CONFÉRENCE NATIONALE : Une feuille de route parmi d’autres

Devant un gouvernement inflexible vis-à-vis du mouvement de mobilisation citoyenne qui agite le pays depuis deux mois, les partis de l’opposition de tout bord, réunis sous la coalition «Forces du changement en faveur de la voix du peuple», organiseront, cette semaine, «une rencontre nationale» ouverte sur toutes «les sensibilités de la société», et dont une copie sera remise à l’Institution militaire. Après le refus, exprimé clairement par le mouvement populaire pacifique, lors de sa dixième marche, vendredi dernier de la feuille de route du président de l’État, Bensalah, l’opposition, réunie jeudi dernier au siège du FJD, avance sa feuille de route, en invitant l’Institution militaire à accompagner le processus pour réaliser le changement du système politique en place. Jeudi dernier, ce conclave de l’opposition dont les principaux partis sont : Talaïe El Hourriet et le Front pour la Justice et le développement (FJD), en plus de personnalités politiques, syndicalistes et universitaires, a décidé de mettre en place une commission qui se penchera sur l’organisation d’une «rencontre nationale qui sera ouverte à toutes les sensibilités de la société, hormis celles qui sont à l’origine de la crise actuelle, afin de trouver une solution à cette crise». Des commissions chargées de l’organique et de la communication, dans le cadre de la proposition en question de l’opposition, seront installées durant cette semaine, pour préparer la conférence dont la date n’a pas encore été fixée. Pour la réussite de ladite conférence, les acteurs de l’opposition visent à inclure le plus grand nombre de participants, dont des représentants du mouvement populaire pacifique et à travers la mise en oeuvre de «plusieurs commissions» afin d’aboutir à une «feuille de route commune et consensuelle» au terme des travaux de ladite conférence. Cependant, pour l’opposition, seront exclus «les partis de l’allégeance et les soutiens de ce système et de Bouteflika durant ces 20 dernières années» comme l’a affirmé, Tahar Benbaïbeche, président de Fadjr Jadid, arguant que «ceux qui faisaient partie de la crise ne peuvent pas faire partie de la solution», a-t-il précisé. Mais le problème important, qui se pose à l’opposition, est de savoir si elle réussira à convaincre le mouvement populaire pacifique à travers le pays, de sa démarche outre de la teneur de sa feuille de route, d’autant plus que bon nombre de ses membres ont été chahutés, lors des vendredis citoyens, exprimant ainsi leur méfiance des partis politiques et certains acteurs de la scène politique. Aussi, l’insistance de l’opposition à faire participer l’Institution militaire, en lui envoyant «une copie des solutions explorées » lors de cette conférence s’inscrit dans le cadre de l’appel de l’opposition à l’accompagnement par l’Institution militaire de la phase de transition. Rappelons que la feuille de route dégagée par l’opposition, pour le règlement de la crise, s’ajoute à celle qu’avancent, séparément, des partis politiques, composant cette même opposition.
Hamid Mecheri