Tebboune rencontre gouvernement walis

Le président Tebboune à la rencontre gouvernement-Walis : « L’Algérie n’abandonnera jamais le caractère social de l’État »

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé hier l’ouverture des travaux de la rencontre Gouvernement-walis au Palais des nations au Club des Pins (Alger), placée sous le thème «Relance économique, équilibre régional, justice sociale».

Dans son discours prononcé à l’ouverture des travaux de la rencontre, le président Tebboune a fait des annonces et des déclarations, dont l’entrée en vigueur de l’allocation chômage dès 2022, la production en Algérie, de la première dose du vaccin anti-covid, 29 septembre prochain, création d’agences nationales pour la gestion du foncier agricole et industriel et  l’habitat, affirmant, hier, que «le caractère social de l’Etat n’a pas changé et ne changera pas » a-t-il déclaré. Lors de son allocution le chef de l’Etat a affirmé que « cette troisième rencontre est une occasion pour évaluer « les politiques du développement socio-économique local, en se penchant sur les résultats atteints et en analysant les contraintes rencontrées, mais aussi de façon plus prospective sur les enseignements à tirer et les moyens d’accélérer les mutations pour répondre efficacement aux besoins de la population et mettre les jalons d’un développement local rénové ». Rappelant que le slogan a été le titre retenu pour « les piliers fondamentaux inclus dans ses engagements » pris, pour répondre aux préoccupations et aspirations des citoyens en matière de logement, d’emploi, de santé et des infrastructures, en plus d’encourager l’investissement, la numérisation, l’emploi des jeunes, la création de richesse, le développement agricole et la transition énergétique. À cette occasion le président de la République, n’a pas manqué de rappeler avec insistance « le caractère sociale de l’Etat algérien », affirmant à ce propos que celui-ci «  n’a pas changé et ne changera pas » a-t-il déclaré. Auparavant le locataire d’El-Mouradia avait annoncé la mesure concernant les chômeurs, affirmant que « l’allocation chômage sera effective, à partir de janvier 2022 ». À ce propos il faut rappeler que le Premier ministre avait expliqué que cette allocation sera attribuée selon des critères rigoureux qui seront élaborés par le ministère des Finances, en collaboration avec les APC. Par ailleurs, Tebboune a abordé l’augmentation des prix des produits de large consommation, ordonnant au ministère du Commerce « de trouver des solutions immédiates face à cette problématique  qui persiste toujours », et dont a-t-il affirmé «  la spéculation est la première cause » à l’origine de l’envolée des prix à l’abri des contrôles des services concernés. Affirmant l’existence « des lois » dissuasives et pour criminaliser les spéculateurs, il a fait état aussi de l’existence d’ « intrus dans le commerce » à l’origine aussi de ce phénomène. Autre thème abordé et qui n’est pas moindre, la politique des subventions de l’État. Le président a annoncé « l’ouverture du capital » des établissements publics et des banques, qui se fera en fonction de leurs capacités. Soulignant que « l’aide doit être destinée aux plus démunis ». Le Président Tebboune a indiqué au passage que l’Algérie est « un État social ». Quant au problème du foncier industriel, le premier responsable du pays a appelé « à clore le dossier » avant la fin de l’année en cours. Il a appelé également les APC à aller sur la prise d’initiative , notamment par la création de « zones d’activité sans bureaucratie », révélant la création des agences nationales pour la gestion du foncier agricole, industriel et de l’habitat. Toujours dans ce volet, social et le développement des wilayas, s’adressant aux walis, le chef de l’Etat les a exhortés de « se débarrasser du spectre de la peur », en leur rappelant : « vous êtes protégés par la force de la loi » dira-t-il, une peur qui « inhibe » leurs initiatives dans la gestion des affaires de la cité, au double niveau, local et wilayal , de crainte de faire l’objet de poursuites judiciaires pour délit de gestion et de corruption. Deux accusations qui valent actuellement à nombre d’ex-walis d’être sous les verrous. Concernant le développement des zones d’ombre et des wilayas de l’intérieur, il a déclaré concernant la willaya de Khenchela, que celle-ci « est isolée », sans manquer d’insister à se pencher et à consentir « davantage d’efforts » pour son développement, notamment par la révision de sa structure, tout en affirmant qu’ «Il est temps de créer des wilayas déléguées dans les Hauts-Plateaux et au nord du pays ».

Production du premier vaccin algérien le 29 septembre
Abordant le volet de la santé, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, en marge de cette rencontre, l’entrée en production, le 29 septembre prochain du premier vaccin algérien contre le Coronavirus (COVID-19). Dans le même registre Tebboune a souligné que l’Algérie a une capacité de produire environ 500 000 litres d’oxygène par jour. Rappelant à ce sujet et selon les prévisions des autorités locales, qu’1 million de doses du vaccin anti-covid sera produit au mois d’octobre prochain, 2 millions en novembre, 03 millions en décembre et plus de 5,3 millions de doses à partir du mois de janvier 2022. Par ailleurs, et dans ce même contexte le Président a salué les efforts de l’armée blanche dans la lutte contre la covid-19 affirmant son soutien à cette catégorie, précisant « nous veillons à la concrétisation de leurs droits » s’engage-t-il. Le président Tebboune a ordonné hier, d’équiper tous les hôpitaux du territoire national de leurs propres moyens de production d’oxygène et de doter toutes les usines d’oxygène de camions-citernes pour l’acheminement de ce produit vital, en vue de « répondre à la demande nationale », précisant que les usines de production d’oxygène inaugurées permettent de porter la capacité de production à environ « 500.000 litres/jour. Par ailleurs, sur le secteur de l’Education, lequel a marqué sa rentrée scolaire , mardi dernier, la deuxième en pleine situation sanitaire du Covid 19, le président Tebboune a fait savoir que des élèves manqueront de transport et de cantines scolaires, précisant que « 537 écoles sont privées de transport et 817 ne disposent pas de cantine », un message aux walis et élus ainsi que le ministère de l’Éducation.

Trois milliards de dollars d’exportations hors-hydrocarbures
Côté économique, le Président a fait savoir que pour la première fois et « depuis plus de 20 ans, les exportations hors-hydrocarbures dépassent la barre des 3 milliards de dollars ». Par ailleurs concernant le secteur de la justice, le chef de l’Etat a dévoilé l’élaboration d’ une circulaire présidentielle pour « protéger les cadres et les dirigeants honnêtes des lettres inconnues », leur portant des accusations de corruption, soulignant «  l’interdiction de prendre en compte » ce genre de messages et lettres, « dans les enquêtes sans autorisation » a précisé le premier Magistrat du pays. Pour rappel, la rencontre d’hier Gouvernement-walis a pour objectif notamment d’évaluer les politiques du développement socio-économique local, en se penchant sur les résultats atteints et en analysant les contraintes rencontrées, mais aussi de façon plus prospective sur les enseignements à tirer et les moyens d’accélérer les mutations pour répondre efficacement aux besoins de la population et mettre les jalons d’un développement local rénové. Elle vise également à réfléchir sur une nouvelle approche en matière de développement local qui doit ouvrir des perspectives pour la mise en place d’un nouveau cadre de conception, de concertation, d’exécution, de suivi et d’évaluation des programmes locaux de développement. Les participants se sont penchés, essentiellement, sur l’évaluation de l’état d’application des instructions données par le président de la République durant la précédente rencontre, l’examen des voies et moyens de relancer une nouvelle dynamique dans le processus du développement local notamment les axes liés à l’adaptation des programmes du développement local et ceux du développement régional équilibré.
Sarah Oubraham