Violence

La violence dans les stades ou le point de non-retour : Où va le football algérien ?

Depuis quelques années, la violence dans les stades algériens s’est propagée, en prenant de l’ampleur dans tout le pays. En dépit de la gravité prise par le phénomène, on assiste à un mutisme inexpliqué de la Fédération algérienne de football (FAF), et celui du ministère de la Jeunesse et des Sports. Il n’y a pas une semaine qui passe sans que l’on assiste à des scènes de hooliganisme dans les stades et des émeutes qui éclatent aux alentours des enceintes sportives. N’y a-t-il pas par là urgence de réagir ?
À l’issue de la demi-finale de la Coupe d’Algérie disputée, ce vendredi au stade Hamlaoui de Constantine, entre le Mouloudia d’Alger et la JS Kabylie, en plein même deuil national, suite au crash de l’avion militaire à Boufarik, des scènes d’une rare violence ont été observées, pendant et après ce match, qui a promis pourtant un beau spectacle ! D’ailleurs, même à Oran, lors du match avancé pour le compte de la 25e journée du championnat, entre le MC Oran et le CR Belouizdad, des scènes regrettables ont obligé l’arbitre à interrompre cette empoignade puisque des supporters oranais ont envahi la pelouse du stade, soit juste après le deuxième but des visiteurs… En effet, les actes de vandalisme à Constantine ont fait plus de 50 blessés et plus de 20 autres à Oran. Encore une fois et ce n’est pas la dernière, la bêtise humaine a fait de ces deux matches des arènes où des énergumènes et frustrés extra à la chose sportive viendraient décharger leur haine dans un espace sensé être source d’éducation. Des scènes de violences choquantes avant, pendant et après les deux rencontres ont été relevées. Agressions caractérisées, jets de projectiles. Certains ont poussé la haine et la bêtise jusqu’à jeter un supporter dans un étang d’eaux usées devant les acclamations et les encouragements de la foule. Le phénomène de la violence dans les stades a pris une ampleur, presque à chaque rencontre, on entend parler d’actes de violence et de vandalisme avec parfois des excès qui dépassent l’imaginaire. Ce énième acte nuit au développement du pays et à la sécurité des personnes. Aujourd’hui, il est plus que jamais temps de se remettre en question. Surtout, chercher les vraies causes qui poussent les supporters à recourir à la violence. Les autorités publiques et les entités en charge du Sport national disposent-elles ou tout au moins en pensent-elles à trouver des solutions ? Suite à ces incidents, et en plus des médias locaux et des réseaux sociaux qui ont réagi à ce qui s’est passé à Constantine et à Oran, le fameux quotidien britannique «The Sun» a rapporté sur son site web les incidents qui ont eu lieu à Constantine, tout en diffusant des images choquantes et horribles sur la réalité de notre football qui nage en eaux troubles. Maintenant, il est urgent que la première instance du football en Algérie, la FAF, et son président Kheireddine Zetchi de prendre les mesures nécessaires qui s’imposent afin de responsabiliser les acteurs du domaine face à ce scandale de trop, vu que ce fléau ne cesse de prendre de l’ampleur de plus en plus.
Mohamed Wali