Boumediene 1 bonne

Ils sont sur Internet, sur les chaînes satellitaires et en format téléchargeable : «L’omniprésence des «machayikhs» orientaux en Algérie pose problème !»

La violence verbale, et le manque fulgurant de productions éducatives religieuses destinées aux téléspectateurs algériens ont brillé sur les différentes chaînes privées, depuis le début du mois de Ramadhan.

Ainsi, la diffusion des émissions gratuitement téléchargées sur Youtube par des chaînes TV ont été placés, hier, autour d’un débat très riche en matière avec le chercheur, secrétaire général du Haut Conseil Islamique (HCI), Bouzid Boumediene, où il a minutieusement analysé ce fléau, comme il a profité de cette occasion pour évoquer d’autres sujets liés à cette instance. Celui-là qui était, hier, l’invité du forum du Courrier d’Algérie a déploré que les chaînes de télévisions privées aient tendance à diffuser des programmes basés sur la violence verbale depuis quelques temps déjà, évoquant notamment un autre sujet plus grave, d’après lui, certaines chaînes, qui ne sont même pas capable de produire une émission religieuse, ils diffusent des émissions gratuitement téléchargeable sur internet de certains «cheikhs» orientaux qui sont liés à la doctrine Hanbali, et cela est très dangereux selon ses dires. «Il y a une chaîne qui a invité un député tunisien islamiste du mouvement Enahdha, pour présenter une émission religieuse dans une chaîne algérienne, c’est vrai l’ARPT est seul responsable de cette situation, mais le HCI doit jouer le rôle d’avertisseur, car le bon homme reste un politicien», a-t-il dit, avant de précisé : «le président du HCI, Bouabdallah Ghoulam Allah a signalé ce déraillement des chaînes TV, auprès du ministre de la Communication. Il y a quelques temps, plusieurs «machayikhs» orientaux (syriens, Libanais et Jordaniens) ont multiplié leurs visites dans plusieurs wilayas. Cette affaire a attiré notre attention, on n’est pas contre eux mais leurs visites intenses en l’Algérie pose quand-même des questions. Certains d’entre eux, ils ne viennent pas pour exporter le savoir, ils donnent des leçons très basiques où l’étudiant de la première année de chariâa peut faire ce genre de daâwa», a-t-il remarqué. Il existe un autre phénomène en Algérie et je l’ai signalé à Cheikh Ali Aya et autres, des imams veulent faire des fatwas sur toutes les affaires dans la société, dans la vie on ne peut pas faire des fatwas afin de ne pas trop renfermer la société. Le prophète Mohamed (QSSL) a dit que vous êtes les seuls connaisseurs de vos affaires. C’est pour cela qu’on ne peut pas faire des fatwas sur toutes les affaires.» Dans ce contexte, Boumediene souligne que : «le HCI procédera à organiser prochainement des rencontres et des formations aux profits des journalistes, afin de mieux aborder ces sujets chaotiques.»

Le débat sur l’interprétation des versets Coraniques est possible
Entre autres, par rapport aux personnalités françaises qui ont demandé de supprimer des sourates du Coran, selon eux elles sont «haineuses», l’ancien conseillé du ministre des Affaires Religieuses et Wakfs, a fait état que : « ces personnalités françaises sont déjà considérées comme des islamophobes, par exemple Gille Kepel et Olivier Leroy sont deux personnalités importantes qui peuvent impacter sur cette manifestation étrange, d’ailleurs, leurs noms ne figure même pas dans la liste des personnalités qui ont signé la pétition. Ces derniers posent la question sur l’interprétation, c’est-à-dire le problème de l’Islam aujourd’hui est dans l’interprétation des Versets Coraniques, il est possible de se débattre sur l’interprétation pour mieux l’expliquer, sinon pour toucher le Coran c’est inacceptable. Les Français ont fauté la dessus, et je dénonce le soutien de certaines personnes qui sont d’origine algériennes et musulmanes qui ont signé cette requête. Même le Vatican n’autorise pas la modification de l’Evangile dans toutes ces éditions, et ce, malgré qu’il soit falsifié. Même sa traduction ne se fait que sur une autorisation.»
Mohamed Wali