el-guerguerat

IL TENTE UNE DIVERSION INOUÏE SUR LA VIOLATION DU CESSEZ-LE-FEU : Le Maroc entre délire et contradictions

Le ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement sahraoui, Hamada Salma, a qualifié  de ‘’délirante et contradictoire’’ la version du chef du gouvernement marocain sur  la violation du cessez-le-feu par l’armée d’occupation marocaine, le 13 novembre à EL Guerguerat au Sud-ouest du Sahara occidental.
Dans une déclaration de presse, M. Salma a indiqué que ‘’le Maroc n’a pas songé à l’impact et aux conséquences de son agression contre des civils sahraouis, une  violation flagrante de l’accord de cessez-le-feu supervisé par l’ONU. Or, c’est l’État marocain qui a déclenché à nouveau la guerre, après une première guerre qui a duré 16 ans, avant que le  Maroc ne signe un accord de paix ’’.
Il a rappelé que ‘’le Front Polisario a conditionné son engagement au  processus de paix à la tenue d’un referendum d’autodétermination du peuple sahraoui’’.
La déclaration  du chef du gouvernement affirmant que d’une part son pays a mené une « opération de police » et d’autre  part qu’il a déployé l’élite de son armée et de lourds matériels pour attaquer des civils sahraouis sans défense, prouve l’immense du paradoxe et la frustration de la partie  marocaine’’, a-t-il relevé .
Il a, en outre, rejeté sur le  Maroc la responsabilité du retour au point de départ dans le conflit du Sahara occidental à travers ‘’ses dénis  et ses  retraits des engagements signés avec la Front Polisario, en vue d’organiser un referendum d’autodétermination du peuple sahraoui’’.
‘’Cette fois-ci le gouvernement marocain n’aura pas la possibilité d’une trêve pour gagner plus de temps, après avoir entravé pendant 30 ans tous les efforts pour trouver une issue pacifique au conflit’’, a encore dit le responsable sahraoui.

Le soutien international à la cause sahraouie se poursuit
D’un autre côté, le groupe interparlementaire suisse de solidarité avec la Rasd a exprimé  sa « préoccupation profonde au regard de la reprise de la guerre au Sahara occidental, après  l’agression marocaine  contre des civils sahraouis sans défense à El Guerguerat. ‘’Nous exprimons notre solidarité avec le peuple sahraoui dans la situation actuelle et condamnons les actes barbares commis par les forces d’occupation marocaines contre des civils et des militants sahraouis, ainsi que des prisonniers politiques sahraouis dans les geôles marocains’’, a déclaré le groupe. Réaffirmant leur soutien au FPolisario qui prouve ‘’son respect de la loi internationale et humanitaire, malgré les difficultés’’, le groupe d’amitié souligne le droit du peuple sahraoui  à l’autodétermination et à l’indépendance.
Les parlementaires suisses  insistent sur la nécessité d’une « reprise des négociations pour éviter qu’une telle agression se reproduise. Négociations  sous l’égide de l’ONU en vue de parvenir à une solution politique, garantissant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ».
Enfin, le groupe parlementaire réitère son engagement de poursuivre ses actions de sensibilisation de la juste cause du peuple sahraoui en Suisse, en vue d’une reconnaissance des droits légitimes du peuple sahraoui et son représentant unique le Front Polisario.
D’autre part, des  organisations et personnalités politiques et parlementaires en Suède ont appelé  le gouvernement suédois à mettre en œuvre la décision du Parlement, adoptée à l’unanimité en 2012, prévoyant  la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), affirmant que la mise en œuvre de ladite décision sera « la réponse la plus forte à l’agression marocaine contre le peuple sahraoui ». Dans une lettre rendue publique lundi par les médias suédois, la société civile suédoise a appelé le gouvernement de son pays à « agir en urgence afin d’imposer l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental, sous l’égide de l’ONU ».
La lettre a, par ailleurs, appelé les Nations unies à « intervenir en vue de faire cesser les violations des droits de l’homme commises au quotidien contre des civils sahraouis sans défense et des prisonniers politiques dans les geôles marocaines ».
Enfin, les auteurs de la lettre  ont exhorté la Suède à « réactiver son rôle au sein de l’Union européenne (UE) à l’effet d’abroger tous les accords signés avec le Maroc incluant les territoires occupés du Sahara occidental ».
M. B. 

POUR CASSER LA CHAÎNE DE SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE SAHRAOUI : Le Maroc enrôle des Baltaguia
Le représentant du Front Polisario en Suède et en Norvège, Heddi Kentaoui, a affirmé que l’occupant marocain enrôle des Baltaguia pour perturber les actions de solidarité organisées par la communauté sahraouie dans différents pays du monde.
« Les autorités d’occupation marocaine n’ayant pas digéré les sit-in quotidiens des enfants de la communauté sahraouie dans tous les pays du monde, notamment en Europe, recrutent des pseudo partisans pour perturber la lutte pacifique du peuple sahraoui », a déclaré le diplomate sahraoui. Il a soutenu, à ce propos, que » les abjectes tentatives enregistrées en France et en Espagne visant à infiltrer les manifestants sahraouis ne sauraient entamer la détermination du peuple sahraoui à arracher sa liberté et à édifier son État indépendant sur l’ensemble de son territoire ».
M. Heddi Kentaoui a ajouté à l’adresse du Maroc, « si vous avez des preuves il faut les faire prévaloir auprès des tribunaux et des instances internationales au lieu de recourir à des Baltaguia », car, a-t-il affirmé « les Sahraouis ne s’arrêteront pas de dénoncer l’occupation et de revendiquer le droit à l’autodétermination ». « Les actes d’hostilité marocains contre la communauté sahraouie témoignent du choc suscité par les victoires de l’Armée sahraouie le long du mur de Sable », a-t-il expliqué. Il a souligné que « l’occupant marocain est entrée, depuis le retour du peuple sahraoui à la lutte armée le 13 novembre courant, dans un état d’hystérie, en ce sens qu’il ne s’attendait pas à une riposte du Polisario, après 30 ans de patience et de volonté à privilégier un règlement politique ». Pour le représentant du Front Polisario le retour à la lutte armée a été imposé au peuple sahraoui pour se défendre et arracher son indépendance après toutes les violations marocaines continues des résolutions de l’ONU, de l’Union africaine (UA) et de la Cour internationale de justice (CIJ) ainsi que des traités et accords signés avec la partie sahraouie ». Il a souligné aussi que « le Maroc cherche à imposer le fait accompli au service de ses intérêts et de ceux de ses alliés, à travers le pillage des ressources naturelles du peuple sahraoui et son extermination programmée ». Affirmant que « l’édification d’un Maghreb des peuples ne saurait se faire avec la persistance d’une mentalité coloniale focalisée sur le pillage de la richesse des peuples », le diplomate sahraoui a affirmé que « les jours de l’occupation marocaine au Sahara occidental sont comptés, après que ses pratiques agressives et ses ambitions expansionnistes ont été mises à nues ».
M. B.