Mise en page 1

IL CHERCHE REFUGE AUPRÈS DE SON PARRAIN SIONISTE : M6 lance un SOS à Isaac Herzog

Mohammed VI veut aller jusqu’au bout dans les relations officialisées entre le royaume du Maroc et l’entité sioniste depuis le deal triangulaire conclu le 10 décembre 2020. Et la dernière visite du MAE israélien « couronnée » par l’ouverture du bureau de sa représentation à Rabat a donné le ton à un rapprochement durable et stratégique, dont le Maroc est offert sur un plateau pour jouer carte du fauteur de troubles dans la région. Les derniers incendies en Algérie attestent du complot mis à exécution.

C’est visiblement la lune de miel entre les deux alliés, bien que dans une lettre adressée hier au président israélien Isaac Herzog, M6 ne semble pas du tout rassuré. Il semble chercher une espèce de garantie de la part de son parrain sioniste pour service rendu. Le Roi a-t-il peur d’être lâché maintenant qu’il a engagé son pays dans une aventure hasardeuse qui le pousse de plus en plus dans ses derniers retranchements ? N’a-t-il pas éprouvé cette même peur le jour du départ de Trump de la Maison Blanche, celui qui lui a fait croire à une reconnaissance de la « marocanité » du Sahara occidental ?
Ainsi, dans une lettre expédiée au président de l’entité sioniste, M6 appelle son allié haut placé à l’effet de pérenniser les relations maroco-israéliennes sous le prétexte farfelu de « promouvoir la paix » dans la région. Le Roi semble même satisfait de ce qui a été accompli jusque-là dans l’agenda élaboré pour des objectifs que l’on sait géostratégiques. Plus profitable à Israël qu’à son servile en tout cas. Or, ce que deux régimes d’essence coloniale appellent « paix » se voit visible chaque jour que Dieu fait aux Sahara occidental et en Palestine, dont les peuples sont réprimés dans la violence et le sang dans leurs propres territoires. « Je me réjouis des mesures prises pour la reprise des contacts entre nos deux pays. Je suis convaincu que nous allons pérenniser cet élan afin de promouvoir les perspectives de paix pour tous les peuples de la région », a écrit M6 dans sa réponse à une missive d’Isaac Herzog remise récemment lors de la visite du Mae israélien à Rabat.
Même lorsque les deux alliés se sont engagés à l’ouverture de représentations diplomatiques et à l’échange de visites officielles de haut rang, incluant probablement son propre déplacement à Israël, M6 dit, dans sa lettre, espérer que le « renouvellement des liens entre les pays encouragera la paix régionale ». Acculé dans sa politique expansionniste au Sahara occidental au moment où l’actuelle administration américaine prenne ses distances avec l’héritage empoisonné de Trump, le Maroc continue à s’en prendre à l’Algérie et les récents incendies criminels et meurtriers déclenchés à travers le pays jettent la lumière sur le soutien du Royaume assumé publiquement à un prétendu droit du « peuple Kabyle » à l’autodétermination. En jouant avec le feu, le Maroc s’est rendu coupable d’un acte dangereux pour la stabilité dans la région et lequel ne passera pas sans riposte de la part de son voisin immédiat. Il y a aussi le scandale Pegasus, dont le Makhzen est accablé dans ses pratiques d’espionnage à grande échelle. Une « prouesse » funeste accomplie par les services marocains pour satisfaire l’allié sioniste érigé désormais en tuteur du Maroc.
D’autre part, M6, en qualité de président du Comité Al-Qods chargé de veiller sur les lieux saints de l’Islam dans la vieille cité, joue également sale jeu sur ce front. D’ailleurs, dans sa lettre, il a fait abstraction de la question au moment où le peuple palestinien continue à subir subissait il y a quelques mois la répression féroce des forces israéliennes dans la ville d’Al-Qods. Au plan interne aussi, le Maroc n’a pas échappé à la pression populaire montée en front contre la normalisation, alors que la mal-vie gagne de plus en plus de couches sociales dans le Royaume.
In fine, en s’adressant au président de l’entité sioniste, M6 cherche avant tout à sauver son régime et à faire sortir son royaume du bourbier dont lequel il s’est enlisé.
Farid Guellil