Il a métamorphosé la JSK pour sa première : Le pari gagné de Rahmouni

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maitre. Le nouvel entraîneur de la JSK, Mourad Rahmouni, aura réussi à métamorphoser son équipe qui a réussi à rattraper son retard du match aller et se qualifier au prochain tour de la coupe de la CAF, en étrillant les Libériens de Monrovia sur le score sans appel de 4-0. Un bon début donc pour l’ancien international kabyle qui ne veut toutefois pas s’enflammer, estimant que le plus important est de sauver la JSK de la relégation, une manière pour lui de dire que l’épreuve continentale ne constitue pas une priorité pour le club phare du Djurdjura au vu de sa situation compliquée en championnat local. «Non, la Coupe de la CAF n’est pas notre objectif car on doit avoir la tête au championnat et tenter d’enchaîner un deuxième succès consécutif sur notre stade pour provoquer le déclic tant attendu. Notre classement en championnat n’est pas bon, il faut qu’on le soigne et au plus vite», prévient le successeur du Tunisien Hidouci. Justement, pour y parvenir, le nouveau coach des Canaris a notamment besoin de régler certaines lacunes. Lui-même, d’ailleurs, l’a constaté au bout de quelques jours seulement de travail avec les Jaune et Vert. «Il y a du travail à accomplir à l’avenir, car on a joué avec le feu vers la fin du match, il faut s’améliorer sur le plan tactique ; en plus il y a un déséquilibre sur le plan physique qu’il faut rééquilibrer, je l’avais constaté lors des tests que nous avons fait aux joueurs», explique-t-il encore. Toujours est-il que l’ex-driver du MCS se montrer optimiste quant à ses capacités, en compagnie de son bras droit de toujours, Fawzi Moussouni, un autre enfant de la JSK, de redresser la barre. ,«Je suis très fier de mes joueurs, ils étaient très déterminés à renverser la vapeur à leur compte et laver l’affront du match aller. La JSK ne sort pas au premier tour, elle a une très grande expérience en Afrique, surtout pas de cette manière. Nous avons trouvé une équipe démoralisée, nous avons entamé notre travail en leur parlant toute la semaine et on leur a dit de se battre devant les supporters surtout que l’adversaire n’est pas un foudre de guerre et il fallait le battre avec un tel score. Aujourd’hui, cet adversaire a prouvé qu’il avait gagné à l’aller tout en utilisant des choses extra sportives, et face aux joueurs, on a dit qu’il faut une bonne dose de sérieux, de rigueur et de volonté sinon il n’y a pas de secret en football. Cela dit, ils ont prouvé qu’ils ont les moyens pour remonter la pente, et on va faire en sorte de les aider à réussir », conclu-t-il.
Hakim S.