Zafzafi

Hirak du Rif (Maroc) : Nasser Zefzafi contracte le coronavirus

Le détenu du mouvement « Hirak du Rif » au Maroc, Nasser Zefzafi, a été testé positif au coronavirus (Covid-19), selon son père et des médias locaux. Le chef de file du mouvement de protestation du Rif qui se trouvait à la prison Tanger 2, avait contracté le coronavirus, a fait savoir,vendredi, son père Ahmed Zefzafi sur son compte Facebook. Selon lui, des tests de laboratoire ont montré que son fils Nasser, ainsi que le détenu Mohammed Haki, avaient contracté le virus. En juin dernier, la justice marocaine avait confirmé les peines allant de 10 à 20 ans de prison infligées à un groupe de détenus du « Hirak du Rif », mouvement de protestation ayant secoué le nord du Maroc en 2016 et 2017. Huit membres du « Hirak du Rif » demeurent incarcérés, parmi lesquels les leaders du mouvement, Nasser Zefzafi et Nabil Ahamjik, condamnés à 20 ans de prison chacun. La protestation dans le Rif avait été déclenchée en octobre 2016 par la mort d’un vendeur de poissons broyé dans une benne à ordures en tentant de s’opposer à la saisie de sa marchandise. Au fil des mois, le mouvement avait pris une tournure plus sociale et politique, appelant à davantage de développement et à la fin de la « marginalisation » de la région.

Arrestation de deux individus soupçonnés de trafic de psychotropes à Ghardaïa
Deux (2) individus ont été appréhendés par la Sûreté de la daïra de Bounoura (Ghardaïa) pour leur implication présumée dans une affaire de possession et de trafic de psychotropes et 225 comprimés de psychotropes ont été saisis, rapporte samedi un communiqué de la cellule de communication et des relations publiques de la Sûreté de wilaya. La quantité de psychotropes emballée et entreposée dans les bagages des deux mis en cause a été découverte lors d’une opération de fouille préventive effectuée par ces services sur l’axe de la route nationale (RN-1) dans le cadre d’un plan de lutte contre la criminalité et la préservation des personnes et des biens, lancé par la sûreté, a-t-on précisé. Les investigations et recherches, menées dans le cadre de cette affaire sous la supervision du parquet, ont permis l’arrestation des deux individus pour leur implication présumée dans le commerce illégal de psychotropes. Les deux suspects âgés entre 26 et 31 ans ont été présentés devant le parquet de Ghardaïa, après instruction d’une procédure judiciaire à leur encontre pour  »trafic et détention de psychotropes à des fins de commercialisation ». Ils ont été condamnés à cinq ans de prison ferme pour  »détention et commercialisation de psychotropes (produits pharmaceutiques sensibles), sans autorisation », indique le document.

Mila : interruption de l’alimentation en eau potable dans dix communes
L’alimentation en eau potable (AEP) a été interrompue samedi, dans dix communes situées au Nord de la wilaya de Mila suite à une cassure au niveau de la conduite d’adduction du couloir 1, acheminant les eaux du barrage de Beni Haroun à partir de la station de traitement d’Ain Tine, a précisé un communiqué de l’unité locale de l’Algérienne des eaux (ADE). L’approvisionnement en eau a été interrompu dans les communes de Zeghaia, Oued Endja, Ahmed Rachedi, Rouached, Ferdjioua, Tiberguent, Beni Kecha et Mila en plus de celles de Grarem Gouga et Sidi Merouane, suite à une cassure signalée sur la conduite d’adduction d’un diamètre de 800 mm, dans la région d’Azzaba Lotfi relevant de la commune d’Ain Tine, a expliqué ce même document. Selon le communiqué, il sera procédé, ce samedi, au raccordement d’une conduite d’adduction d’un diamètre de 500 mm au couloir 1, servant à alimenter les communes de Grarem Gouga et Sidi Merouane, plus exactement dans la zone de Medious entre les villes de Mila et Sidi Marouane, et ce dans le cadre du projet de renforcement du couloir 1 alimentant les communes de la zone Nord.
La distribution de l’eau potable « reprendra progressivement dès le parachèvement des travaux de réparation, ainsi que ceux liés au raccordement de la conduite d’adduction d’un diamètre de 500 mm », a souligné la même source.Il est à signaler que les travaux de renforcement de la conduite du couloir 1 sont en cours depuis un certain temps, a-t-on rappelé, ajoutant que plusieurs segments cassés suite aux glissements de terrain ont fait l’objet d’un renouvellement.

Décollage de la plus longue mission spatiale habitée de la Chine
Trois astronautes, dont une femme, ont décollé très tôt samedi pour la station spatiale chinoise en construction, où ils devraient rester six mois, une durée record pour le géant asiatique, selon des images diffusées en direct par la télévision publique CCTV. Leur vaisseau Shenzhou-13 a été propulsé durant la nuit à 00H23 (16H23 GMT vendredi) par une fusée Longue-Marche 2F, depuis le centre de lancement de Jiuquan dans le désert de Gobi (nord-ouest). Les trois astronautes vont rejoindre Tianhe (« Harmonie céleste »), le seul module déjà en orbite sur les trois qui constitueront à terme la station spatiale. La mission de l’équipage consiste à poursuivre la construction de la station, à vérifier ses différents équipements et à mener quelques expériences scientifiques. Ils réaliseront par ailleurs deux, voire trois sorties dans l’espace.
Leur séjour permettra de doubler le record de durée pour une mission habitée chinoise, établi en septembre par les astronautes de la mission précédente, Shenzhou-12, qui étaient restés trois mois dans Tianhe. Le nouvel équipage comprend deux hommes: le général Zhai Zhigang (55 ans), qui fut le premier Chinois à effectuer une sortie extravéhiculaire en 2008, et Ye Guangfu (41 ans), dont c’est le premier vol dans l’espace. Ils feront équipe avec Wang Yaping (41 ans), qui participe à une nouvelle mission habitée, huit ans après un premier voyage en 2013, qui avait fait d’elle la deuxième Chinoise dans l’espace. Connue pour avoir donné lors de son précédent séjour un cours de physique en direct à 60 millions d’écoliers grâce à une liaison vidéo, elle renouvellera l’expérience lors de cette mission Shenzhou-13. Elle deviendra la première Chinoise à effectuer une sortie dans l’espace. Cette mission est la cinquième sur les 11 (habitées et non-habitées) qui seront nécessaires au total à la construction de la station spatiale chinoise, qui devrait être achevée fin 2022. Appelée Tiangong (« Palais céleste »), elle sera semblable en taille à l’ancienne station soviétique Mir (1986-2001). Sa durée de vie sera d’au moins 10 ans.

Dix décès et 363 blessés sur les routes en 48 heures
Dix (10) personnes ont trouvé la mort et 363 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus ces dernières 48 heures dans plusieurs wilayas du pays, selon un bilan établi samedi par les services de la Protection civile. Par ailleurs, les éléments de cette institution sont également intervenus pour prodiguer des soins de première urgence à 10 personnes incommodées par le monoxyde de carbone Co émanant des appareils de chauffage et chauffe-bains au niveau des wilayas de Nâama et Laghouat, précise la même source. Les victimes ont été prises en charge sur les lieux puis évacuées dans un état satisfaisant vers les structures hospitalières, note le communiqué. La Protection civile a été en outre, sollicitée pour l’extinction de 07 incendies urbains et divers, à travers les wilayas d’Alger, Blida, Batna, Mila, Sidi Bel-Abbès et Tindouf. Ces incendies, indique-t-on, ont causé des brûlures de deuxième degré à 02 personnes et des gènes respiratoires à 04 autres personnes dans leur domiciles. Concernant les activités de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19), les unités de la Protection civile ont effectué 114 opérations de sensibilisation à travers le territoire national, rappelant aux citoyens le respect du confinement ainsi que les règles de la distanciation physique. Ils ont également effectué 49 opérations de désinfection générale à travers le territoire national et qui ont touché des infrastructures et édifices publics et privés, quartiers et ruelles.

De nouveaux prisonniers palestiniens entament une grève de la faim dès mardi prochain
Des détenus palestiniens dans les prisons israéliennes ont annoncé, samedi, leur intention de joindre, à partir du mardi prochain, le mouvement de grève de la faim en signe de soutien aux prisonniers qui protestent contre les abus de l’occupation, selon le Club des prisonniers palestiniens. Un communiqué relayé par le Club des prisonniers palestiniens et des médias, portait la signature des prisonniers des mouvements du Fatah, du Hamas, du Front populaire, du Front démocratique, du Parti du peuple et du Jihad islamique. Le communiqué a indiqué que les prisonniers, « entameront les mesures d’escalade dans toutes les prisons, à partir de mardi prochain, avec l’entrée d’un nouveau groupe, de toutes les factions de prisonniers (dont le nombre n’a pas été précisé), en grève de la faim ». Les prisonniers prendront d’autres mesures tactiques, sans en dévoiler la nature, appelant tous les citoyens à intensifier la campagne de solidarité avec les grévistes, indique la même source. Pour le quatrième jour consécutif, 250 détenus palestiniens ont poursuivi leur grève de la faim, pour protester contre les « mesures vindicatives » à leur encontre. Selon le Club des prisonniers, les détenus grévistes « exigent que l’administration pénitentiaire cesse les mesures abusives qu’elle leur avait doublement imposées, après le 6 septembre dernier ».