Macron

FACE À LA MONTÉE DU SENTIMENT ANTI-FRANÇAIS EN AFRIQUE : Macron en voyage périlleux en Algérie

Le président Emmanuel Macron qui avait effectué une tournée qui l’avait conduit, au mois de juillet dernier, dans certains pays africains s’apprête à reprendre son bâton de pèlerin pour tenter de contenir le sentiment anti-français qui s’est développé ces derniers mois dans le continent africain, comme le Mali, le Tchad et le Sénégal, notamment dans les anciennes colonies que Paris a toujours considéré comme sa chasse gardée.

Il faut savoir que la France a toujours mené une politique néo-coloniale dans le continent africain en appauvrissant les peuples et en soutenant les  dictateurs installés grâce à ses colonies de légionnaires installées dans ses bases militaires. L’Algérie que le président Macron a incluse dans son programme de visite s’est affranchie de la domination française depuis l’indépendance et elle a toujours refusé les ingérences de Paris ou ses pressions. Même du temps du système Foccart qui avait instauré la politique de la « Françafrique » qui a toujours servi comme mode d’emploi dans les rapports de Paris avec ses anciennes colonies , l’Algérie s’est toujours montrée retorse et « non docile » à l’ordre français.
L’Algérie qui est en train de devenir une force régionale montante et qui est en train de s’imposer comme un partenaire incontournable dans les nouveaux rapports géostratégiques dans le monde,  a un rôle moteur à jouer dans le continent. Ses tentatives de médiation entre les parties en conflit au Mali, en Libye ou encore, son soutien à une coopération continentale pour un développement intégré n’a pas laissé insensible Paris qui veut s’attirer ses grâces.
Il faut savoir également que les dernières élections libres et démocratiques,  qui ont porté des présidents légitimes à la tête de certains grands pays africains ont sonné le glas de la Françafrique prônée depuis le général De Gaule. Aujourd’hui les masses populaires des anciennes colonies veulent s’affranchir du carcan réducteur de la francophonie et profiter des richesses de leurs pays. La France ne joue plus en terrain conquis mais évolue dans un espace miné qui ne lui est plus docile. L’ancien président Jacques Chirac, disait bien que  » la France repose sur les recettes venant d’Afrique, pour ne pas sombrer dans l’insignifiance économique ». Aujourd’hui avec la récession économique, la crise en Ukraine, la recomposition géostratégique et la montée en puissance du discours nationaliste en Afrique, la marge de Macron se retrouve très réduite. Il faut savoir qu’il sera sur une pente raide car il aura en face une Afrique qui n’est plus la corne d’abondance qui permettait à la France de profiter à satiété de l’opulence et une opinion publique française minée par un discours raciste et extrémiste qui continue de croire que le temps où Paris faisait les rois est toujours en vogue. Saura-t-il convaincre les responsables algériens de la sincérité de son action et saura-t-il faire taire un sentiment antifrançais qui gagne le continent africain ?
Slimane B.