A Berlin, Erdogan plaide pour la libéralisation des visas

Diplomatie : À Berlin, Erdogan plaide pour la libéralisation des visas

La Turquie prendra des mesures pour s’aligner sur les critères de l’Union européenne, afin que ses ressortissants puissent obtenir plus facilement des visas pour les pays de l’UE, a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan vendredi, au deuxième jour de sa visite d’état en Allemagne.

Au cours de ce voyage de trois jours entamé jeudi, le président turc espère favoriser un rapprochement avec Berlin après une longue phase de tensions entre les deux pays, surtout depuis le putsch manqué de juillet 2016 en Turquie. «Nous voulons respecter le plus rapidement possible les six critères (européens) qui restent à remplir pour obtenir une libéralisation des visas», a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Berlin avec la chancelière Angela Merkel. «La libéralisation des visas, la révision de l’union douanière et la relance des négociations d’adhésion bénéficieront à la fois à la Turquie et à l’UE», a-t-il ajouté.
Lors de cette conférence de presse, Angela Merkel a dit avoir demandé la libération des ressortissants allemands détenus en Turquie à la suite de la tentative de coup d’état de 2016, qu’Ankara impute aux partisans du prédicateur Fethullah Gülen, réfugié aux états-Unis. La chancelière a souligné que l’Allemagne attendait «encore des preuves» pour savoir si elle doit considérer l’organisation de Gülen comme un groupe terroriste, ainsi qu’elle le fait pour le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
Elle a évoqué ses «divergences» avec Erdogan sur plusieurs sujets, notamment la liberté de la presse. Selon le journal Bild, le président turc a menacé d’annuler la conférence de presse si le journaliste turc Can Dündar, poursuivi dans son pays pour espionnage et qui s’est exilé en Allemagne, était présent. Samedi, au dernier jour de sa visite, le président turc sera à Cologne, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, pour inaugurer une mosquée de l’association nationale turque Ditib (Union turco-islamique pour les affaires religieuses). Dans cette ville où vit une des plus importantes communautés turques à l’étranger, un rassemblement de
25 000 personnes qui devait avoir lieu devant la mosquée, a été interdit par les autorités. Le gouvernement régional a également dû revoir le lieu prévu pour une réunion en matinée entre le ministre-président (CDU) de Rhénanie du Nord-Westphalie, Armin Laschet, et Recep Tayyip Erdogan, les propriétaires du château prévu pour la rencontre ayant obtenu de la justice l’autorisation de refuser la visite.
Les relations entre Berlin et Ankara ont été sérieusement mises à mal ces dernières années par plusieurs dossiers, dont l’emprisonnement sur le sol turc de plusieurs ressortissants allemands, dont le journaliste germano-turc Deniz Yücel, détenu pendant un an avant d’être finalement libéré.