service d’oncologie

Centre anticancéreux de Adrar : Mise en exploitation du service d’oncologie

Le service d’oncologie spécialisé dans le traitement par chimiothérapie au centre anticancéreux (CAC) d’Adrar a été mis en service dimanche dernier, a-t-on constaté. Disposant d’un encadrement médical spécialisé et bien équipé, cette structure a, à son inauguration, accueilli, dans de bonnes conditions, dix patients transférés de l’hôpital 120 lits d’Adrar, a précisé le directeur du CAC, Abdallah Bahti.

L’ouverture de cette structure de santé est le fruit de moult rencontres de concertation entre les spécialistes des conseils d’administration et médical pour cerner les besoins de ce service et exploiter les postes budgétaires disponibles, tous corps confondus, en vue d’assurer ses bons fonctionnements de gestion. Tant attendu par la population locale, ce service est encadré par un staff médical composé de quatre (4) oncologues, six (6) praticiens généralistes, sept (7) chimiothérapeutes, deux spécialistes en médecine nucléaire, cinq (5) anatomistes, quatorze (14) physiciens médicaux, huit (8) manipulateurs d’imagerie médicale, deux psychologues, des pharmaciens, en plus de 36 paramédical (infirmiers et aides-soignants), a précisé M. Bahti. Selon l’organigramme du CAC, le service de radiothérapie, qui sera ouvert prochainement après validation du rapport d’expertise par les parties responsables, devra contribuer, pour sa part, à l’amélioration des prestations médicales et d’épargner aux cancéreux les déplacements sur des distances de plus de 1.000 km pour les soins spécialisés au niveau des établissements du nord du pays. Le directeur du CAC a, à cette occasion, salué les efforts louables d’accompagnement accordés par le staff médical du centre «Pierre Marie Curie» d’Alger pour l’ouverture du CAC d’Adrar. M. Bahti a estimé, toutefois, qu’en dépit de cette démarche, d’autres défis sont encore à relever, notamment au plan logistique, afin d’assurer une gestion optimale et régulière du Centre, sollicitant pour cela les instances responsables et centrales en vue d’accompagner et de renforcer le CAC en encadrement suffisant, notamment les professionnels et agents de sécurité chargés de l’hygiène et de la sécurité, à la satisfaction des patients. Offrant une capacité d’accueil de 140 lits, le centre anticancéreux (CAC) de la wilaya d’Adrar, fruit d’un investissement de plus de six (6) milliards DA, a été réalisé par l’entreprise «Cosider» conformément aux normes requises. Cette structure médicale spécialisée sera dotée des services médicaux nécessaires en vue de remplir sa vocation, dans sa dimension locale et régionale, de prise en charge des cancéreux et d’ leur assurer les prestations médicales nécessaires, en chimiothérapie et radiothérapie, ainsi que la contribution au dépistage précoce de la maladie et au suivi continu. Le président de l’association caritative d’aides aux cancéreux «El-Gheith El-Qadem», Abderrahmane Toumi, s’est félicité de l’ouverture de cet acquis «de qualité» dans la prise en charge des malades et l’amélioration des prestations médicale, avant d’appeler les associations à coordonner leurs efforts pour assurer le confort des malades. Le président de l’association «13 février 1960» des victimes des explosions nucléaires coloniales à Reggane, El-Hamel Sid Ameur, a, de son coté, salué les efforts fournis par l’Etat pour satisfaire cette préoccupation de la population locale (CAC), ajoutant que la région a tant attendue cette structure en vue de réduire les souffrances endurées par les cancéreux. Intervenant lors de la mise en service du service d’oncologie, le wali d’Adrar, Hamou Bakkouche, a valorisé cette réalisation (CAC) qui, a-t-il dit, constitue un acquis pour la wilaya et les régions voisines, avant d’insister sur la nécessité de relever le défi d’une bonne gestion et d’une bonne prise en charge médicale des patients. Le chef de l’exécutif a également mis l’accent sur l’important accompagnement du centre par les autorités centrales, en vue de parachever le reste des services à réaliser dans de proches délais et d’assurer l’accompagnement logistique du CAC.