sahraouis

Après la campagne africaine du Roi du Maroc : Rabat poursuit son acharnement contre les enfants sahraouis

Alors qu’il a soumis sa demande d’adhésion à l’Union africaine (UA) en faisant fi de ses règlements en opposition avec le statut d’occupant du Maroc au Sahara occidental, comme indiqué dans les documents juridiques et politiques de l’ONU, Rabat multiplie les violations contre les Sahraouis, notamment les enfants des territoires occupés.

S’inspirant des pratiques de l’entité sioniste contre les enfants palestiniens, les autorités coloniales marocaines mènent dans les territoires sahraouis occupés, «une campagne de punition collective contre les enfants sahraouis», affirme Adala UK, Ong britannique. L’organisation britannique de défense des droits de l’Homme au Sahara occidental, Adala UK a indiqué que les violations par le Maroc des droits des enfants sahraouis des territoires occupés du Sahara occidental, « visent à intimider les jeunes générations (enfants, adolescents et jeunes :ndlr) du peuple sahraoui» pour que ces derniers, cessent de résister à l’occupation marocaine. Dans son cri d’alerte à la communauté internationale et des associations de défense des droits de l’Homme à travers le monde, l’Ong britannique Adala UK, affirme que les deniers trois mois de l’année 2016, «24 mineurs sahraouis ont été détenus, maltraités et torturés par les forces marocaines».
Citant l’arrestation par la police de l’occupant marocain de trois mineurs sahraouis, 20 novembre dernier, à la ville occupée de Laâyoune, l’Ong affirme que ces enfants « ont été interrogés et maltraités avant de prévoir de les présenter devant un tribunal le 25 janvier prochain» précise-t-on. Un autre mineur, Ibrahim Mayara, a été détenu, le 26 novembre dernier, «arbitrairement» indique l’Ong britannique, pour être «appelé à comparaître devant un tribunal» du système colonial marocain fin du mois courant. Des pratiques propres à tout système colonial, similaires à celles pratiquées, hier, par les systèmes coloniaux qu’a connues notamment l’Afrique, et exercées aujourd’hui par l’Entité sioniste dans son occupation de la Palestine et l’occupant marocain au Sahara occidental.
En visite dans les camps des réfugiés sahraouis, le mois dernier, en soutien à la cause juste du peuple sahraoui, son frère dans le combat pour l’indépendance et la liberté, le militant et représentant du comité palestinien de solidarité avec le peuple sahraoui, Dr. Moussa Mohamed El-Khazendar a affirmé «que les deux peuples sahraoui et palestinien subissent la même politique coloniale, de répression et d’injustice», soulignant, que l’occupant marocain «s’adonne aux mêmes pratiques coloniales de l’entité sioniste en Palestine ». Dans son rapport à la 28ème session du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, mai dernier, l’Ong britannique Adala UK avait relevé que « 360 cas d’enfants sahraouis avaient subi des maltraitances de la part des autorités marocaines».
Autre cas souligné, lundi dernier, dans le communiqué de l’Ong précitée, celui de Aziz Afnidon, âgé à peine de 15 ans, qui a été arrêté par la police des autorités d’occupation marocaine, et a été «brutalisé» pendant sa garde à vue, en plus qu’il «a subi un interrogatoire de 72 heures» indique-t-on. Le 8 décembre dernier, un juge du tribunal de la justice coloniale marocaine lui a accordé «la liberté conditionnelle».
L’Ong britannique dénonce également, «la signature, sous la contrainte, des détenus sahraouis mineurs d’aveux écrits en français ou une autre langue qu’ils ne parlent pas ou ne maîtrisent pas» est-il indiqué outre que les enfants et adolescents sahraouis sont «souvent torturés», sans être informés, affirment les membres d’Adala UK, «des raisons de leur arrestation, ignorent où ils sont emmenés et leurs parents ne sont généralement pas autorisés à les accompagner ni à assister à leurs interrogatoires».
Karima Bennour