Bedrane

Alors que la chance lui tourne le dos en sélection : Bedrane, le corps à Tunis et l’esprit à Blida

Le défenseur international de l’ES Tunis, Abdelkader Bedrane, vit très difficilement la conjoncture actuelle vue que sa ville natale, à savoir Blida, est devenue le foyer de l’épidémie du coronavirus, d’où la décision de la mettre en confinement total.
«Tout d’abord, je tiens à exprimer et afficher mon soutien total pour tous les habitants de ma ville Blida, et tous les Algériens aussi priant Dieu le Tout Puissant pour qu’on s’en sorte de cette situation dans les plus brefs délais. Je profite de l’occasion aussi pour appeler tout le monde, notamment les jeunes à avoir le sens de la responsabilité en respectant les recommandations des autorités sanitaires, et ce, en restant chez eux et éviter les déplacements et les sorties sans raison valable. Il s’agit, comme insistent à le répéter les experts, du seul moyen à même de nous permettre de combattre cette pandémie», déclare l’arrière central algérien.
Interrogé sur les conditions dans lesquelles il séjourne toujours en Tunisie, il a précisé que ses compatriotes et coéquipiers au sein de l’ES Tunis étaient contraints de rester à Tunis après avoir reçu des instructions dans ce sens de la part de la direction de leur club, qui leur a demandé aussi de continuer à s’entrainer en solo.
Il a rassuré, au passage, tous ses fans et amis en Algérie qu’il se portait bien, tout comme le reste de ses compatriotes évoluant dans le club phare de la capitale tunisienne, à l’image de Benghit, Bensaha et Meziane.
L’ancien joueur de l’USM Blida et de l’ES Sétif s’est exprimé au passage sur la sélection algérienne où la chance lui semble tourner le dos depuis quelques temps. «Jusque-là, je n’ai pas eu beaucoup de chances en sélection, puisqu’à chaque fois que le sélectionneur national me fasse appel, je contracte une blessure qui me prive de répondre favorablement à sa convocation. Cette fois-ci et alors que je me sentais en possession de tous mes moyens, j’étais impatient de répondre à la convocation de Djamel Belmadi en vue de la double confrontation contre le Zimbabwe, mais encore une fois, le destin a voulu que mon retour en équipe nationale soit encore retardé après le report des deux matchs», a-t-il regretté.
Mais de l’avis du joueur de 27 ans, «ce ne sera que partie remise», car il se dit confiant quant à ses capacités de gagner une place en équipe nationale, estimant que le fait d’avoir déjà effectué un stage sous la houlette de Belmadi en sélection des joueurs locaux joue à son avantage, puisque le coach national le connait assez bien maintenant.
Hakim S.