Air Algérie

Air Algérie invitée de la 126ème Assemblée générale de l’ATAF

Air Algérie a participé à la 126ème Assemblée générale de l’Association des Transporteurs Aériens Francophones (ATAF) tenue samedi dernier à Alger, a indiqué mercredi la compagnie nationale dans un communiqué. Quelque 160 participants ont pris part à cette Assemblée générale dont les représentants de compagnies aériennes francophones et partenaires issus du monde de l’aéronautique, a précisé la même source.
L’ordre du jour de la rencontre a été axé sur des thèmes d’actualités comme la modernisation du transport aérien et l’impact des nouveaux appareils sur le transport aérien développés par des Experts d’Air France et BOEING, MITSUBISCHI, EMBERAER et AERCAP.
Les besoins des compagnies en matière de formation dans l’aérien a été développé par 03 organismes de formation agréÉs par ATAF et IATA. Lors de ce forum, le président-directeur général d’Air Algérie, Bakouche Allèche, a indiqué que «le monde de l’aviation civile traversait une crise des plus dures, qui a vu la disparition de plusieurs compagnies». M. Allèche a, à cette occasion, présenté la stratégie et la vision d’Air Algérie pour faire face à cette «crise qui secoue le monde de l’arien», souhaitant que les travaux de l’ATAF apportent un «éclairage sur la situation» et que les solutions retenues par chaque compagnie leur permettront de s’affranchir des effets néfastes de la crise.
Ce forum a constitué une occasion pour les responsables de ces compagnies francophones, de se revoir et de mettre en commun les problématiques les plus importantes, à savoir la formation et la modernisation du transport aérien À noter que c’est pour la quatrième fois que le pavillon national accueille l’Assemblée générale de l’ATAF en Algérie.

Pas de dégâts suite à la secousse tellurique à Aïn Témouchent
Aucun dégât matériel ni perte humaine n’a été enregistré suite à la secousse tellurique enregistré vendredi à Aïn Temouchent, a-t-on appris vendredi des services locaux de la Protection civile.
Ces mêmes services n’ont enregistré aucun appel de secours ni effectué aucune intervention suite à cette secousse qui a été fortement senties par les habitants des communes d’El Amria, El Mallah, Aïn Temouchent, Terga et autres localités de la wilaya, a assuré à l’APS le directeur de la Protection civile. Cette secousse tellurique, de magnitude 4 degrés sur l’échelle de Richter, a été enregistrée vendredi à 16h54mn à Aïn Temouchent, a annoncé le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG).
L’épicentre de la secousse a été localisé à 20 km au Nord de Aïn Temouchent, a précisé la même source.

Une des plus belles plages du Brésil souillée par le pétrole
La mystérieuse pollution aux hydrocarbures qui a souillé près de 2.000 kilomètres de côtes dans le Nord-Est du Brésil a atteint vendredi la plage de Carneiros, considérée comme l’une des plus paradisiaques du pays. Sur des images impressionnantes de la chaîne TV Globo, on pouvait voir des dizaines de bénévoles mobilisés pour retirer, à la main, les galettes de pétrole recouvrant la presque totalité des kilomètres de cette étendue de sable fin bordée de cocotiers.
La plage de Carneiros, haut lieu touristique du Sud de l’État de Pernambouc, est régulièrement citée comme étant une des plus belles du Brésil. Avec ses eaux turquoises et sa végétation exubérante, elle est même apparue en douzième position d’un classement des plus belles plages du monde établi par les internautes du site internet Tripadvisor en 2014. Les autorités locales craignaient que les nappes de pétrole n’atteignent la cité balnéaire de Porto de Galinhas, une des plus fréquentées du Brésil. Au-delà des plages, les spécialistes s’inquiètent de la pollution des récifs coralliens et de la mangrove, beaucoup plus difficiles à nettoyer. Jeudi, le gouvernement de l’État d’Alagoas, un des plus pauvres du Brésil, a annoncé qu’un service chargé de la réinsertion de détenus avait déjà mobilisé une quarantaine d’entre eux pour une opération de nettoyage de la plage de Japaratinga.

Démantèlement d’un réseau criminel à Alger
Les services de sûreté de la wilaya d’Alger, ont procédé récemment au démantèlement d’un réseau criminel et à la saisie de 34 kg de cannabis, a indiqué mercredi le chef de brigade anti-drogue relevant de la Police judiciaire Est. Présentant l’affaire devant la presse nationale, au siège de la police judiciaire à Bab Ezzouar, le lieutenant, Saâd Saoud Tarek, chef de brigade anti-drogue relevant de la circonscription Est de la police judiciaire, a fait état de «l’arrestation de 4 individus âgés de 27 à 54 ans, outre la saisie de 3 véhicules touristiques, d’argent liquide et de 34 kg de cannabis». Les mis en cause, a-t-il ajouté, ont été déférés devant les juridictions compétentes.

L’Égyptien Essam Al-Hadary intègre le livre Guinness des records-2020
Le légendaire gardien de but international égyptien Essam El-Hadary a été inscrit au livre Guinness des records 2020 en tant que joueur le plus âgé à avoir participé à la phase finale de la Coupe du monde, a indiqué le site Kingfut.com. Depuis la fin de l’ère du sélectionneur égyptien Hassan Shehata en 2011, Al-Hadary a fait toujours partie de l’équipe des Pharaons, devenant un habitué du groupe dirigée par le manager argentin Hector Cuper. Bien qu’il n’était pas le gardien de premier choix de Cuper, Al Hadary, âgé de 46 ans, a quand même réussi à disputer tous les matches de l’Égypte lors de la CAN-2017, en raison de la blessure d’Ahmed El-Shennawy.
En outre, l’ancien gardien de but d’Al Ahly a également pu participer à la Coupe du monde 2018, ce que la plupart de ses coéquipiers n’ont pas réussi à faire à l’époque de l’âge d’or de la sélection égyptienne (entre 2006 et 2010). En Russie, Al-Hadary n’a disputé qu’un match lors du tournoi, s’inclinant 2-1 contre l’Arabie saoudite.
Mais ces 90 minutes lui ont suffi pour occuper une place dans le livre des records Guinness 2020 après être devenu le joueur le plus âgé à participer à la phase finale de la Coupe du monde avec 45 ans et 161 jours.

Mise en échec de deux tentatives de migration clandestine à Aïn Témouchent
Les unités des Garde-côtes du groupement territorial de Béni-Saf (Aïn Témouchent) ont mis en échec, jeudi, deux tentatives de migration clandestine et arrêté 18 personnes dans deux opérations distinctes, au large de la mer à Bouzedjar, a-t-on appris de ce corps de sécurité. La première opération a permis d’intercepter, à quelques miles au nord de la côte de Bouzdjar, un zodiac à bord duquel se trouvaient 11 émigrés clandestins dont une femme enceinte et son époux, a indiqué la même source. Non loin de cette zone maritime, une seconde tentative de migration de 7 jeunes, à bord d’une embarcation à destination des côtes espagnoles a été déjouée.
Les sept candidats ont été arrêtés puis acheminés vers la plage pour achever les procédures légales en vigueur. La majorité des personnes arrêtées sont originaires des wilayas d’Oran, Mostaganem et Aïn Témouchent. Les services compétents de la sûreté ont ouvert une enquête sur les circonstances de ces deux tentatives avant de déferer les concernés devant la justice.