chemins communaux

Tizi-Ouzou : Lancement prochain de travaux de réhabilitation de plus de 200 km de chemins communaux

Les travaux de réhabilitation de 200 km de chemins communaux à travers le territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou seront «prochainement» lancés, a indiqué à l’APS le directeur local des travaux publics (DTP), Smail Rabhi.

La wilaya a bénéficié d’une enveloppe financière de 1,2 milliard de DA mobilisée sur le Fonds de la Caisse de solidarité et de gestion des collectivités locales (CSGCL) pour la réhabilitation de ces 200 Km de chemins communaux. «Les procédures administratives pour confier les marchés aux entreprises de réalisation sont en cours et les travaux seront lancés incessamment», a expliqué le même responsable. Outre ce programme, la wilaya avait bénéficié, en 2017, d’un montant de 1,3 milliard de DA de pour la réhabilitation de 220 km de chemins communaux. Ce programme a atteint un taux d’avancement de 80%, a rappelé M. Rabhi. La réalisation d’autres projets, inscrits au titre des programmes centralisés ou déconcentrés de l’Etat, sera également entamée prochainement. Il s’agit, entre autres, de l’évitement de la ville de Draâ-El-Mizan dont l’ordre de service a été notifié à l’entreprise, de la remise à niveau et de l’éclairage de la RN 73 (reliant Tizi-Ouzou à Azeffoune) sur 28 km, et de l’évitement de la ville d’Azzeffoune qui sera bientôt lancé, a-t-il souligné. Concernant les réparations des dégâts occasionnés par les intempéries du 3 novembre 2018 sur certaines parties du réseau routier de la wilaya, M. Rabhi a fait savoir qu’un montant de 283 millions de DA a été accordé à Tizi-Ouzou pour le confortement et la prise en charge de glissements sur une trentaine de sites. «Les marchés sont en cours de passation pour entamer les travaux rapidement», a-t-il précisé. Deux projets structurants sont en cours d’étude. Il s’agit de la construction d’un port de plaisance à Sidi-Khelifa, dans la localité d’Azzeffoune, dont l’étude, confiée au laboratoire des études maritimes (LEM) est en cours et a atteint un taux d’avancement de 30%. L’autre étude concerne la réalisation de la voie express Ain El-Hammam/Draâ-El-Mizan, et qui est en voie de finalisation. La DTP demandera les crédits nécessaires pour le lancement de ce projet autoroutier dès l’achèvement de l’étude, a indiqué le DTP. S’agissant des chemins de wilaya, le même responsable a relevé que depuis quatre ans Tizi-Ouzou n’a bénéficié d’aucune enveloppe pour la prise en charge de ces réseaux. Une demande de financement pour l’exercice 2020 a été introduite par la wilaya, a-t-il relevé. Pour évaluer la situation des projets du secteur des travaux publics, le wali de Tizi-Ouzou, Mahmoud Djamaa, avait présidé, jeudi, une réunion de l’exécutif en présence des entreprises en charge des ces opérations et de présidents d’Assemblées populaires communales (APC). Durant cette réunion, les projets en souffrance ont été passés en revue et les entreprises invitées à exprimer les éventuelles contraintes rencontrées pour réaliser dans les délais les projets qui leur ont été confiés. Le retard dans le payement des situations a été la principale contrainte exprimée par les représentants des entreprises, pour expliquer la lenteur ou l’arrêt de travaux présents. Le wali qui a observé que la «faible cadence des travaux de réalisation et les retards de livraison des projets exacerbent les populations», a donné des instructions pour la tenue de rencontres au niveau de chaque daïra avec le chef de daïra, le contrôleur financier, les présidents d’APC, les entreprises de réalisation et les subdivisionnaires des travaux publics pour assainir les situations financières pendantes. M. Djamaa a également demandé aux entreprises de s’engager sur des délais de livraison précis et de les respecter. Il a aussi demandé aux directions concernées de mettre en demeure les entreprises qui n’effectuent pas de remise en l’état des lieux après des travaux sur des réseaux souterrains (AEP, gaz, assainissement).