djilali_sofiane2

SOFIANE DJILALI DÉVOILE SA FEUILLE DE ROUTE ET PARLE DE L’INSTITUTION MILITAIRE : «L’ANP a un rôle à jouer dans la stabilisation des Institutions du pays»

Pour le président du parti politique Jil Jadid, Sofiane Djilali, l’appel à l’application des articles 102, 07 et 08 de la Constitution, pose problème, car explique-t-il «l’article 08 stipule que la souveraineté du peuple s’exprime à travers des Institutions (APN et Senat : NDLR) qui sont élues » alors que ces Institutions« ne sont pas légitimes» a-t-il rappelé, hier, au Forum du quotidien national El Moudjahid, ce qui l’amène à voir, que l’appel à l’application de ces articles n’est qu’«une tentative pour prolonger l’existence du système politique en place» a affirmé Sofiane Djilali, hier.

Refusant toute « implication de l’Armée dans la vie politique du pays », le responsable de Jil Jadid a appelé, hier, à ce que « l’Institution militaire redevienne la grande muette» s’agissant des questions relevant de la scène et de la vie politique du pays, selon l’invité du Forum d’El Moudjahid. Sans manquer de souligner que l’Institution militaire (l’ANP)« a un rôle à jouer dans la stabilisation des Institutions du pays» il dira, mais sans donner, poursuit-il, «des instructions politiques» a précisé Sofiane Djilali, qui a fait savoir, par la même occasion que l’ANP «a un rôle important à jouer pour sortir de la crise à laquelle est confronté le pays» notamment, a-t-il souligné, par «son implication dans la solution» a déclaré S. Djilali. Plus explicite, il dira que ce rôle doit se traduire en agissant, en concertation, soit «en collaboration avec l’ensemble des partenaires politiques», selon lui, en vue « de trouver la solution dans le dialogue» et ce n’est pas à l’ANP, continue Djilali «d’assumer le pouvoir directement» a-t-il souligné. L’ex- membre du mouvement Mouwatana, a appelé Gaïd Salah, «à démissionner de son poste de vice-ministre de la Défense nationale».

Une période de transition «dirigée» par Djamila Bouhired et la constitutionaliste Benabou
Sofiane Djilali a proposé, comme voie de solution à la crise à laquelle est confronté le pays, hier, l’entame d’une période de transition, gérée par des personnalités reconnues et neutres, dont la militante et figure historique Djamila Bouhired, la constitutionaliste Fatiha Benabou, et une troisième personnalité  a-t-il indiqué « qui n’a pas participé auparavant au pouvoir et qui n’a pas montré son attachement à lui» a-t-il expliqué. Selon l’invité du Forum d’El Moudjahid, avant d’aller vers la période de transition, il y a lieu « d’établir des discussions franches entre ceux qui sont au pouvoir et la classe politique pour dégager une feuille de route commune» ensuite, continue le président de Djil Djadid,  «préparer les élections après avoir défini les nouvelles lois électorales et la mise en place d’une commission indépendante du système administratif et du ministère de l’Intérieur» pour que celle-ci «puisse avoir l’autorité sur l’organisation et le suivi de l’opération électorale et le controle du scrutin» a-t-il précisé, sans manquer de souligner que la période de transition «ne doit pas dépasser les six mois» a indiqué, hier, Sofiane Djilali, dans son exposé sur la feuille de route que propose son parti, pour sortir de la crise politique.
Sarah Oubraham