Hirak

RACHAD ET MAK : Ces ennemis de la vie

Encore une fois les dangereux extrémistes de tous bords viennent  de confirmer qu’ils ne partagent aucune valeur, ni avec le peuple algérien et ni avec la République, et notamment ses valeurs fondamentales.

Les séparatistes et les islamistes radicaux qui usent et abusent de la patience des Algériens en essayant de perturber leur repos hebdomadaire à la place Audin  et à Tizi-Ouzou, en veulent au peuple algérien de les avoir renié, et  d’avoir fait le choix de protéger le pays, son peuple et ses institutions régaliennes.
Ces dangereux mercenaires du MAK et de RACHAD, qui ne seront jamais associés au destin de l’Algérie, sont passés à la vitesse supérieure.
En sortant chaque vendredi,  sans aucun respect des mesures barrières, ils sont devenus les tenants de cette idéologie de la mort au moment où l’Organisation mondiale de la santé a sonné l’alerte rouge sur le risque mondial d’une contamination à grande échelle à cause du variant indien.
Lorsqu’on sort en groupe sans prendre la moindre mesure de protection à un moment où ce maudit virus tue des milliers de personnes/ jour dans le monde, l’objectif est clair: semer la mort en contaminant  le maximum d’Algériens en propageant le Covid-19.
Comme ceux qui ont tué plus de 200 000 Algériens durant la décennie noire, leurs héritiers de la place Audin, qui ont l’intention d’infliger au peuple algérien les pires sévices veulent refaire la partition des années 90 en utilisant cette arme de destruction massive appelée Covid 19.
Ces deux organisations qui ne partagent rien avec le Hirak béni du 22 février qui a accompli sa mission en épargnant au pays un chaos programmé, sont les véritables ennemis de l’Algérie. Elles sont tout simplement les ennemies de la vie.
Ceux qui prennent le risque de marcher le vendredi, et les médias d’ici et d’ailleurs qui transforment une insignifiante marche dans une rue de la capitale en une grandiose manifestation, adhèrent à cette culture de la mort propre aux mouvements séparatistes et aux organisations terroristes.
Sinon, comment expliquer qu’à l’heure où l’autorité sanitaire mondiale met en garde sérieusement contre le relâchement observé chez des populations de plusieurs pays, dont l’Algérie à travers ses rassemblements publics, face aux menaces des nouvelles souches du coronavirus, ces aventuriers poussent les gens à sortir dans la rue et encouragent ces regroupements périlleux. Dans une sévère mise en garde adressée, fin avril dernier aux pays européens, contre les mesures d’assouplissement des restrictions sanitaires, le directeur régional de l’OMS a estimé que « la situation en Inde peut se produire n’importe où ».
Aujourd’hui, il est clair que les adeptes du chaos veulent appliquer le scénario indien- pays qui compte des centaines de morts et des milliers de cas du nouveau variant au quotidien pour plus de 20 millions de contaminations »- en Algérie. L’heure est grave !
F. Bellili