FFS

POUR RAPPROCHER LES FEUILLES DE ROUTE DE L’OPPOSITION : Le FFS propose une conférence de concertation et de dialogue

Le Front des forces socialistes (FFS) a adopté hier, une nouvelle initiative politique, en proposant la tenue d’une « conférence nationale de concertation et de dialogue »afin de rassembler et rapprocher les différentes propositions de l’opposition de sortie de crise, a-t-il indiqué dans un communiqué intitulé : «appel aux forces vives de l’alternance démocratique».

Cette conférence, que ses initiateurs souhaitent organiser «dans des délais raisonnables» car, estime-t-il, «l’heure est grave», regroupera« les forces vives du changement démocratique», relève le même communiqué. Il préconise que «cette rencontre servira d’assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays», apprend-on aussi dans le même document. Fustigeant le pouvoir «qui a multiplié ses manœuvres et manigances dans l’unique espoir de mettre en échec» la mobilisation populaire, dont «la dernière forfaiture politique fut le simulacre de dialogue [conférence d’Abdelkader Bensalah à Zéralda] qui a été boudé par tout le monde», le FFS a lancé une alerte. «Devant cette situation de flottement politique généralisée et face à l’entêtement pesant du pouvoir, les vraies forces du changement doivent agir. Elles doivent être à la hauteur du contexte politique qui devient de plus en plus épineux», a-t-il prévenu. Cependant, «l’initiative politique est à portée de mains», pense-t-il, et ce, «pourvu que les bonnes volontés s’affichent ». À cet effet, le FFS «constate avec beaucoup de fierté et de satisfaction que l’opposition sous toutes ses formes, partis politiques, organisations sociales, syndicales et autres personnalités nationales, est en pleine effervescence». « Cette nouvelle dynamique ne peut être que bénéfique et salvatrice pour accompagner le peuple dans sa révolution pacifique contre l’ordre établi», a-t-il souligné. «La multiplication des initiatives politiques de sortie de crise traduit parfaitement la volonté des acteurs politiques et sociaux à contribuer efficacement et sincèrement à l’édification d’une nouvelle République qui prendra en charge les attentes et les aspirations légitimes du peuple algérien», note-t-il. Il s’est réjoui de l’évolution «de ces propositions de sortie de crise émanant de l’opposition», exprimant «son entière disponibilité à les discuter et à les débattre dans un cadre» qu’il souhaite «approprié et favorable à l’émergence d’une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l’avenir du pays». Et ce, d’autant plus que «le peuple algérien, depuis plus de trois mois maintenant a largement exprimé ses attentes et a brillamment développé ses visions du “comment doit être l’Algérie de demain ?». L’initiative de conférence nationale du FFS préconise, d’une manière exhaustive et détaillée, des «préalables idoines afin d’amorcer une véritable sortie de crise qui soit la moins coûteuse au peuple et au pays», proposant que la «première rencontre se tienne sans préalables et sans conditions». Dans cet objectif, le FFS se dit «disposé à contribuer activement à mettre en œuvre ce projet politique qui est salutaire pour l’avenir du peuple et de la nation». S’adressant à ses homologues dans la classe politique, le plus vieux parti de l’opposition a appelé à agir et travailler ensemble «sans préjugés et sans calculs» afin de «faire triompher cette formidable révolution populaire». Il conclura en disant qu’il est prêt à «faire aboutir toute initiative politique capable de nous mener vers un vrai processus démocratique de transition, protégé et garanti par l’institution militaire sans que celle-ci ne s’interfère dans ses tenants et aboutissants ».
Hamid Mecheri