illustration pas de 19 août

(Pas de) Tehlab

• En Corée du Nord, il est formellement interdit de perdre de vue son… nord. Le chef incontesté de cet inénarrable pays, qui fait face à une dramatique disette, dont on ne sait pas grand-chose, car se déroulant à huis-clos, vient de pondre une instruction qui a toutes les chances de rester en travers de la gorge de tous les nord-coréens.
• Pour commencer, je te signale que, dans ce pays il est formellement interdit de discuter les ordres.
• Je le confirme. D’ailleurs, comment se le permettre quand il vous est même défendu de parler la bouche pleine.
• C’est le cas de le « dire », même à l’aide de mimiques si la bouche tarde trop à se vider.
• Les ordres, il faut les déglutir, au lieu de les discuter. Sinon, grand chef peut vous réserver un chien de sa chienne.
• Ça tombe bien puisque Kim Jong Un a ordonné à tous les nord-coréens, de cesser de s’occuper de leurs chiens, de les nourrir, pour s’en… nourrir à son tour.
• Sans discuter ces ordres ?
• Comment le faire en effet quand on a encore en bouche son propre chien, son animal de compagnie préféré…
• De peur de postillonner l’amour de sa vie ?
M. A.

N.B. :
Depuis le mois de juillet, les Nord-Coréens ont l’interdiction de posséder un animal de compagnie, notamment des chiens. Ils sont donc obligés d’abandonner leurs compagnons pour qu’ils soient envoyés dans des zoos d’État ou dans des restaurants où ils seront mangés, rapportent le DailyMail et le New York Post ce lundi 17 août. L’argument avancé par le dictateur pour obliger la population à sacrifier ses amis à pattes? Posséder ces derniers représenterait le symbole d’une “tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise”, une forme de “décadence” occidentale, explique le New York Post, citant l’un des trois principaux quotidiens sud-coréens, le Chosun Ilbo.