GHERBI - ENTRETIEN

Gharbi Kaddour, pdt de la fédération algérienne des donneurs de sang (FADS), au «Courrier d’Algérie» : «Une pochette de sang peut sauver trois malades»

Le président de la Fédération algérienne des donneurs de sang (FADS), Gharbi Kaddour a mis l’accent, hier, sur l’importance de la campagne de sensibilisation au don du sang lancée récemment à Alger. Dans cet entretien, il renouvelle son appel aux citoyens à contribuer au don de sang durant cette saison en particulier qui enregistre un déficit.

-Le Courrier d’Algérie: Récemment, vous avez lancé, en collaboration avec l’Agence nationale du sang (ANS), un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 ans à 65 ans pour donner leur sang, quelle est selon vous l’importance de cette opération ?
-Kaddour Gharbi : Effectivement, nous avons lancé un appel à tous les citoyens âgés entre 18 et 65 qui disposent d’une bonne santé, à contribuer à cette opération durant la saison estivale. Car, cette période enregistre une forte demande en cette substance.

-Et, où se déroule-t-elle cette campagne ?
-Cette opération se déroule, en effet au niveau des cinq CHU de la capitale ainsi qu’au niveau d’autres structures médicales et établissements sanitaires de la wilaya.

-Ces structures disposent-elles des moyens et s’adaptent-elles à ce genre d’opérations ?
-Oui, les centres de transfusion sanguine et les camions mobiles comportent tous les moyens et disposent d’un staff médical qui veille à orienter les donneurs pour accomplir ce geste noble et humanitaire.

-Votre action est-elle menée sans intermittence ou bien est-elle occasionnelle?
-Oui, cette opération est très importante pour aider efficacement les personnes malades et aussi pour aider les banques de sang à constituer leurs stocks de produits sanguins pour satisfaire leurs besoins en cas de nécessité.

-On dit que le donneur reçoit un bilan sérologique gratuit après l’opération…
-Absolument, il bénéficiera également d’une carte de groupe sanguin, qui, en cas d’accident, l’aidera à obtenir du sang sans recourir à de nouvelles analyses. Car, sachez qu’une pochette de sang peut sauver trois vies humaines.

-Que diriez-vous aux citoyens qui hésitent devant l’acte de faire un don ?
-Je leur dit, qu’il ne faut pas hésiter à donner son sang. Car, donner son sang est le meilleur geste humain à faire pour ceux qui ont besoin de cette matière vitale. À cet effet, je profite de l’occasion pour appeler tous les citoyens, qui ne sont pas malades, à se diriger vers les établissements hospitaliers afin de donner un peu de leur sang. Car, ce geste est salutaire pour les personnes en souffrance et se trouvant dans le besoin.

-Pour conclure, combien de dons reçoit-on annuellement en Algérie ?
Pour l’année 2017, l’Algérie a enregistré environ 600 000 dons de sang.
Mehdi M.