Covid-19

FLAMBÉE DES CONTAMINATIONS COVID-19 : Halte à la négligence des gestes barrières !

La dégradation de la situation sanitaire, qui implique en ce moment la saturation des établissements hospitaliers en raison de l’afflux des patients atteints de covid-19, fait malheureusement face à une négligence et un relâchement total des mesures de prévention. Un état de fait qui devrait être pris en main en urgence afin d’éviter la catastrophe, au moment où la vaccination peine à atteindre ses objectifs.
En effet, seule l’application rigoureuse des gestes barrières, autant chez les citoyens que chez les autorités, permettra de dépasser cette situation sanitaire alarmante, où le nombre de contaminés au virus dépasse la barre des 800 cas. Alors que la vaccination contre la pandémie n’avance pas comme souhaitée, et reste boudée pour cause de réticence, le port du masque, la distanciation physique et l’usage du gel hydro-alcoolique persistent à être les seuls boucliers empêchant la propagation du virus. Et c’est aux autorités de sévir comme jamais contre les violations de ces gestes de prévention surtout que la vie semble avoir repris son cours normal en cette saison estivale. Il est en effet constaté que la majorité des fêtes de mariages, ainsi que des enterrements, la fréquentation des lieux de loisirs, des plages, des piscines, des commerces, et l’usage des transports publics, se font malheureusement dans la négligence la plus totale des gestes barrières, mais surtout des conséquences que cela pourrait avoir. En tout cas, les hautes autorités semblent avoir pris conscience de la dangerosité de la situation en décidant samedi soir de la réactivation des mesures préventives, outre l’exploitation optimale du nombre de lits affectés aux patients Covid-19, et l’augmentation de leurs capacités d’accueil de 7% à 15%, notamment dans les grandes villes à l’image d’Alger, Oran et Constantine, ainsi que l’accélération de la cadence de vaccination, étant le seul moyen pour venir à bout de cette pandémie.

Abderrahmane Benbouzid : « pas de retour au confinement »
Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid a écarté hier toute éventualité d’un retour au confinement « partiel ou complet » et ce en dépit de la hausse inquiétante des cas de contamination au covid-19.
Selon le ministre, seuls la vaccination et le respect des gestes barrière peuvent freiner et stopper la propagation du virus. Il expliquera, d’autre part, que la hausse des cas serait due à la propagation du variant Delta en Algérie réputé pour être plus dangereux et plus contagieux.
« Le porteur de ce variant peut contaminer jusqu’à 8 personnes contrairement à un porteur du virus initial qui ne peut contaminer que 3 personnes seulement », a-t-il déclaré. D’autre part, Benbouzid a souligné que la priorité actuelle de son département était d’assurer aux patients des lits d’hôpitaux et de l’oxygène. Il a dans ce contexte révélé que le recours à l’exploitation des hôtels pour la prise en charge des malades ainsi que des hôpitaux de campagnes équipés est retenue comme solution afin de faire face à l’afflux des malades Covid.

Fiche de vaccination « obligatoire » pour les enseignants
Le ministre de la Santé a fait part, par ailleurs, de propositions faites au comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Covid, de rendre obligatoire la vaccination pour les enseignants de l’éducation nationale et ce dans l’objectif de les protéger ainsi que les élèves. Ces derniers devront seront ainsi appelés à présenter leur fiche de vaccination à la prochaine rentrée scolaire, a expliqué Benbouzid soulignant toutefois que cette mesure reste du ressort du ministère de l’Education, alors que la décision finale revient au premier ministère. Le même responsable a fait également état d’une autre proposition consistant à l’obligation de présenter la fiche de vaccination à l’entrée des stades, soulignant que l’évaluation de ces propositions reste la mission des parties compétentes concernées par la question de la généralisation de la vaccination.
Ania Nait Chalal