Anti corruption

ENTREPRISES PUBLIQUES : Vers la mise en place de systèmes de management contre la corruption

Le président de l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption Tarek Kour a déclaré qu’il a proposé la création du Réseau national d’intégrité (RNI) qui est un espace d’échanges avec la société civile pour le suivi et l’élaboration de programmes de sensibilisation et de prévention.

Faisant partie de la nouvelle configuration du système politique, la société civile, dans le sens de la Constitution, est devenue un acteur incontournable dans la gestion des affaires publiques. Le réseau RNI va permettre, selon lui, d’encadrer et d’organiser les signalements de corruption, les filtrer et les traiter, ce qui mettra fin aux dénonciations calomnieuses.
En effet, dans son intervention hier lors de la Journée d’étude sur le thème «Promotion à l’intégrité dans le secteur économique », organisée au CIC, et coïncidant avec la célébration de la 5e édition de la Journée africaine contre la corruption, Kour a affirmé que l’Algérie, compte parmi les premiers États signataires de la convention des Nations unies contre la corruption en 2004, traduite par la loi relative à la prévention et la lutte contre la corruption en 2006. Elle est engagée dans un processus de formulation de sa première « stratégie nationale » de lutte contre la corruption en partenariat avec le PNUD et l’OCDE. Il a expliqué que cette stratégie s’articule sur cinq principaux axes : la transparence et la moralisation de la vie publique, la participation de la société civile et des médias à la prévention et la lutte contre la corruption, la promotion de la transparence et de l’intégrité du secteur économique, le renforcement du rôle et des capacités des organes de contrôle et de la justice dans la lutte contre la corruption, ainsi que la coopération internationale et le recouvrement des avoirs. Cependant il a précisé que l’Organe procède à la numérisation des déclarations de patrimoine des agents publics, à travers la mise en place d’une plateforme, outre l’élaboration d’une charte d’éthique de l’agent public. Quant à la journée d’hier, il dira que « notre pays commémore cette journée du 11 juillet qui coïncide avec la 5e édition de l’adoption de la convention africaine contre la corruption par les États de l’Union africaine et l’Algérie est membre du conseil consultatif de lutte contre la corruption. La célébration est une occasion pour élaborer une vision sur les mécanismes efficaces et les systèmes internes de prévention et de lutte contre la corruption au sein de l’entreprise économique ». L’objectif est poursuivit-il « la promotion de l’intégrité dans le secteur économique afin de créer un climat d’affaires et d’investissement serein à travers l’accompagnement des entreprises ». Ajoutant que l’organe vise « la mise en place de systèmes de management anti-corruption dans les entreprises publiques ». Notamment qu’aujourd’hui, signale Kour « il y a orientation vers le marché africain sur instruction du président de la République pour la promotion des exportations hors hydrocarbures, notamment vers la Libye. Nous œuvrons à mettre en place des systèmes de protection interne des entreprises ».
S. Oubraham