Toumi

ELLE REJOINT PLUSIEURS EX-MINISTRES À LA PRISON D’EL-HARRACH : Khalida Toumi rattrapée par la justice

L’ancienne ministre de la Culture de 2002 à 2014, Khalida Toumi, a été placée, dans la soirée de lundi à mardi, en détention provisoire après sa comparution devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême, dans le cadre d’enquêtes liées à des affaires de corruption. Selon l’Agence de presse algérienne, l’ancienne ministre de la Culture est poursuivie pour dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d’indus privilèges. Outre Khalida Toumi, sont poursuivis également dans cette affaire l’ancien coordinateur général des manifestations au ministère de la Culture, Belblidia Abdelhamid et l’ancien directeur de la culture de la wilaya de Tlemcen, Miloud Hakim. L’ex-ministre a ainsi rejoint les 13 autres anciens membres des différents gouvernements sous le président déchu Bouteflika, à leur tête les ex-Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, qui sont incarcérés à la prison d’El-Harrach. À noter que Khalida Toumi est demandée par la justice depuis plusieurs mois, dans le cadre de l’enquête menée sur la surfacturation d’une tente géante et de sa disparition après l’ouverture de la manifestation Tlemcen, capitale de la culture islamique». Une convocation qui a été au cœur d’une grande confusion. En effet, il convient de rappeler qu’en date du 30 juillet dernier, le procureur de la République près le tribunal de Tlemcen avait déclaré Khalida Toumi et Abdelwahab Nouri (ancien wali de Tlemcen) en état de fuite en France. «L’ex-ministre de la Culture Khalida Toumi et l’ex-wali de Tlemcen, Abdelwahab Nouri, n’ont pas été entendus par la justice au sujet de l’affaire de la surfacturation de la tente géante et de sa disparition après l’ouverture de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique», avait précisé alors le procureur dans un communiqué rapporté par l’APS. « Le juge d’instruction du tribunal de Sidi-M’hamed (Alger) était dans l’impossibilité d’auditionner les deux parties du fait que Khalida Toumi se trouvait en France et que Abdelwahab Nouri, malade, était dans l’incapacité de se rendre au dit-tribunal », avait encore précisé le document. Dans la soirée de la même journée, Khalida Toumi a vite démenti l’information en précisant qu’elle se trouve toujours en Algérie. « Je vis et j’habite à Alger. Je n’ai pas quitté mon pays depuis au moins un (01) an et je ne compte pas du reste le quitter. Je suis à la fois stupéfaite, effarée et indignée par la légèreté avec laquelle des mensonges aussi graves sont colportés, sans chercher à aucun moment à faire des vérifications, en atteinte flagrante aux droits élémentaires d’une citoyenne », avait précisé l’ancienne ministre de la Culture. Au lendemain de cet incident, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Slimane Brahimi a été limogé de son poste et remplacé par Belkacem Zeghmati.
L. B.