Greve des magistrats

LEUR GREVE SUSPENDUE SUR DECISION DU SNM : Les magistrats reprennent du service

Entrés en grève illimitée depuis une semaine, soit le 26 octobre dernier, une action qui a engendré une paralysie dans les tribunaux du pays, les magistrats ont repris le service judiciaire au soir de la journée d’hier, apprend le syndicat des protestataires, le SNM (Syndicat national des magistrats), dans un communiqué diffusé hier. La décision de suspendre cette grève inédite que spectaculaire à la fois a été prise à l’issue d’une réunion de négociations tenue entre les responsables du SNM lui-même, les représentants du CSM (Conseil supérieur de la magistrature) et le secrétaire général du ministère de la Justice, précise la même source. Ce cadre de dialogue intervient après une semaine tendue marquée par des échanges virulents entre le SNM et le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati. Il faut dire aussi que l’intermédiation du président du CNDH (Conseil national des droits de l’Homme) dans ce conflit aura facilité le rapprochement entre les deux parties. Ceci pour la forme. Qu’en est-il du fond du problème ? Soutenus par-ci et décriés par-là, les magistrats placent l’indépendance de la Justice, et donc du juge lui-même, au cœur de leur plateforme de revendications. C’est-à-dire, et au final, le motif selon lequel le mouvement opéré récemment par le ministre de la Justice dans le corps de la magistrature qui a touché près de 3 000 membres, n’aurait été que la goutte qui a fait déborder le vase.

Farid G.