Covid

Covid-19 : Oran se prépare pour une éventuelle quatrième vague

Les autorités locales à Oran commencent à se préparer pour faire face à une éventuelle quatrième vague de la pandémie de la Covid-19 partant du nombre de cas atteints du virus en nette augmentation dans la wilaya depuis quelques jours.

Alors que le nombre des nouveaux cas, au cours de la période d’accalmie, qui avait duré jusqu’à la fin octobre, était entre cinq à 10 par jour dans la capitale de l’ouest, les chiffres se sont mis à grimper rapidement la semaine dernière, a indiqué le chargé de communication à la direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya d’Oran, Youcef Boukhari, qui a souligné que les symptômes de cette nouvelle vague diffèrent des précédentes. « Les équipes médicales ont constaté que les détresses respiratoires ne sont pas la cause principale des décès comme pour la troisième vague », a déclaré Dr Boukhari, ajoutant que beaucoup de patients meurent subitement. Le nombre de décès a grimpé de 1 à 3 par semaine au cours de la période d’accalmie à 1 à 3 quotidiennement dans les derniers jours, a fait savoir le même responsable, qualifiant la situation de préoccupante. Pour parer à toute éventualité, un nouvel hôpital renforcera les établissements hospitaliers dédiés à la prise en charge des cas Covid-19 dont l’hôpital de hai « Nedjma » et celui d’El Kerma et l’hôpital de Gdyel avec 240 lits. S’agissant des craintes au sujet de la disponibilité de l’oxygène, le chargé de communication de la DSP a rassuré qu’ »il n’y aura pas de crise d’oxygène. Tous les hôpitaux de la wilaya sont équipés de générateurs d’oxygène et l’unité de production d’oxygène médical de l’usine « Rayan Ox » de Bethioua, entrée en production en septembre, est largement en mesure de couvrir les besoins de la wilaya », a-t-il souligné. En attendant l’évolution de la situation épidémiologique dans la wilaya d’Oran qui enregistre les plus hauts chiffres des cas covid-19 depuis le début de la pandémie, les autorités continuent à appeler la population à se faire vacciner pour éviter la multiplication des cas sévères de cette infection.