APN

ABSENTÉISME MANIFESTE À L’APN : Des parlementaires fantômes défendent les causes du peuple

La question des absences «injustifiées» des députés lors des travaux et des séances plénières et autres rencontres qui se déroulent dans l’Assemblé populaire nationale atteste d’un acte irresponsable de la part des parlementaires qui prétendent être les représentants du peuple auprès du pouvoir. Sinon comment expliquer leur attitude vis-à-vis du peuple qu’ils supposent représenter auprès du gouvernement ?
Pour Lamine Osmani, député indépendant, approché hier sur cette question, à ce sujet que « le député doit être une valeur e lorsque les affaires du peuple sont débattues au Parlement, et chacun de nous doit assumer ses responsabilités. D’ailleurs, cela confirme que l’absence du député est l’absence du peuple», poursuit-il «c’est un appel au peuple algérien à adhérer à une nouvelle démarche politique et faire un choix qui reflète la dignité d’être le représentant du peuple», a-t-il indiqué. Concernant l’application du règlement intérieur de l’APN, Osmani souligne que «je ne défends personne, mois je suis là mais certaines dispositions du projet de loi notamment l’article 69 relatif aux sanctions prévues à l’encontre du député en cas d’absence aux travaux de l’APN et des plénières comportent des dépassements et des expressions inconvenables pour le député », estimant que les articles relatifs aux sanctions prévues en cas d’absence aux travaux d’humiliantes. Osmani a précisé notamment que « les dispositions de la Constitution sont en contradiction avec les articles du projet de règlement intérieur à l’examen. L’absence visée dans la loi s’entend de l’abandon total par le député de ses tâches parlementaires et non pas des absences successives. » Le député du MSP, Nacer Hamdadouche, a fait savoir, de son côté, que « l’absence des députés lors des séances plénières ne veut pas dire que les parlementaire n’ont pas pris part à la séance ou effectuer d’autres affaires que ce soit au sein des affaires diplomatiques, administratives ou autres », a-t-il souligné. Ajoutant au sujet des absences que « il n’est pas nécessaire que le député reste jusqu’au soir à l’APN. Mais cela ne justifie pas toutes les absences car il existe ceux qui sont absents sans aucune raison. Je pense que la plupart des parlementaires assistent dans toutes les séances plénières, tout en faisant des interventions à la hauteur», a-t-il dit.
Selon le député du FLN, Slimane Saâdaoui, ce problème a pris de l’ampleur depuis quelques années déjà, et cela ne date pas d’aujourd’hui, il précisé que «je constate le problème des absences depuis 12 ans et personne n’a pu réguler ce fléau malgré l’existence d’une loi interne très sévère. Dites-moi plutôt qu’elle est la mission principale du Parlement, et qu’elle est la valeur et la crédibilité des députés vis-à-vis des citoyens qu’ils sont supposés à représenter. Je parle à une catégorie bien précise de députés qui sont justes et crédibles, je ne veux pas parler et je ne connais pas d’autres catégories qui n’ont aucun rôle au sein de cette institution», a-t-il répondu à notre question. Saadaoui, très connu pour ses positions tonitruantes, estime que «le député doit être présent tout le temps s’il le faut afin de défendre les intérêts du peuple qui lui a fait confiance, sur les 462 députés, on peut enregistrer certains qui sont malades, mais ça ne veut pas dire que la majorité est malade. Pour régler ce problème, il faut qu’on libère le règlement intérieur», a-t-il conclu.
Med Wali