10 morts et près de 20 blessés dans un effroyable accident à Skikda : l’hécatombe continue

Hécatombe, terrorisme routier, hécatombe routière, le phénomène est le même. Des milliers d’Algériens, d’Algériennes, laissent leur vie sur les routes presque chaque jour. Hier, encore, de tragiques accidents de circulation sont survenus un peu partout en Algérie. En gros, le terrorisme routier frappe de nouveau et déverse son lot de deuils et de malheurs.
En effet, un accident effroyable s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche dans la localité de Boulekroud, sur les hauteurs de Skikda. Il a coûté la vie à huit enfants. Le bilan définitif de l’accident fait état de neuf personnes décédées, dont les huit enfants âgés entre 10 et 15 ans.
L’accident est dû à un choc entre un minibus et un véhicule léger qui ont fait une chute de 50 mètres dans un ravin, a précisé APS . Les services de la Protection civile qui ont poursuivi leur intervention de secours jusqu’aux premières heures de la matinée du dimanche ont évacué vingt huit (blessés dont neuf ont quitté l’hôpital Abderrezak Bouhara, alors que dix-neuf demeurent sous contrôle médical, a-t-on encore détaillé.
À l’Ouest du pays, le scénario n’est pas meilleur. En effet, dix personnes ont été blessées suite à deux accidents de la circulation survenus dans la wilaya de Relizane, a-t-on appris, des services de la Protection civile. Le premier accident s’est produit, dimanche à 6 heures du matin, au niveau de l’autoroute Est-Ouest au lieu-dit Douar Hadjadjra , dans la commune de Sidi- Saâda (Yellel), suite au dérapage et au renversement d’un véhicule touristique. Cet accident a fait 6 blessés, évacués par les agents de la Protection civile vers l’établissement public hospitalier de Mohammadia (Mascara), précise-t-on de même source. Le deuxième accident a été enregistré, dans la soirée du samedi, au niveau de la RN 4, au lieudit Menasriya, dans la commune de Hamadna, suite à une collision entre un camion et un véhicule touristique, faisant 4 blessés. Les blessés ont été pris en charge au niveau de la polyclinique de Hamadna et à l’EPH Ahmed Francis » de Oued Rhiou, ajoute-T-on. Des enquêtes ont été ouvertes sur les circonstances de ces deux nouveaux drames de la route.
Au sud du pays, plus précisément à Ouargla, la direction locale de la Protection civile a fait savoir que quatorze (14) personnes, âgées de 8 à 60 ans, ont trouvé la mort dans des accidents de la circulation survenus durant les sept mois de cette année à travers le réseau routier de la wilaya. Ces bilans s’ajoutent, à la longue liste des victimes d’accidents de la route à travers le pays. En effet, il convient de rappeler que les accidents de la route ont tué près de 5.000 personnes en 2015 en Algérie, un bilan en hausse de 15%, principalement dû au non-respect des règles de conduite. Si rien n’est fait pour arrêter l’hécatombe sur les routes en Algérie, il faudra s’attendre, fin 2016, à un bilan plus lourd que celui des années précédentes.
Les accidents surviennent à toute heure. Leur coût financier, un milliard de dollars environ par an, donne à réfléchir en ces temps de crise. En guise de riposte, toutes les formules sont essayées, la prochaine sera le permis à points, avec durcissement des sanctions dans le cadre d’une nouvelle loi. Sera-t-elle appliquée ? Là est le véritable problème.
Lamia Boufassa