Joseph Ged rend une visite de courtoisie au « Courrier d’Algérie » : «Mon départ de l’Algérie n’est qu’un au revoir»

Après avoir évoqué avec émotion ses 12 ans passés en Algérie, Joseph Ged promet d’y retourner dans le cadre de ses nouvelles fonctions au sein du groupe qatari, Ooredo.

Joseph Ged, désormais ex-directeur général de Ooredoo Algérie, filiale algérienne de la téléphonie mobile du groupe qatari, Ooredoo, quitte l’Algérie avec le sentiment du devoir accompli. Douze ans passés en Algérie à la tête de l’opérateur de téléphonie mobile multimédia, Nedjma puis Ooredoo, Joseph Ged se rappelle de tout, mais garde surtout les bons souvenirs vécus en Algérie qu’il découvrit pour la première fois en 2004 et qu’il finit par adopter comme sa seconde patrie.
Accompagné par Ramdane Djazaïri, son directeur des relations publiques, Joseph Ged a rendu, hier, une visite de courtoisie et d’adieu à notre journal. Au cours d’une discussion conviviale avec le staff du journal, Joseph Ged s’est rappelé avec beaucoup d’émotion de toutes ces années passées en Algérie et surtout de ces moments forts qu’il a partagés avec le peuple algérien en général et les partenaires de son entreprise en particuliers. Il a tenu à rendre un vibrant hommage à la presse nationale avec laquelle il a dit partagé des moments «particuliers». Au cours d’une discussion avec les journalistes du Courrier d’Algérie, Joseph Ged a tenu à saluer la relation que Ooredoo Algérie a noué avec les médias algériens, toutes catégories confondues. L’ex-Dg de Ooredoo Algérie s’est réjoui de voir son entreprise grandement participer à la démocratisation de la téléphonie mobile en Algérie. Parmi les moments forts évoqués par Joseph Ged, figurent l’aventure et le parcours historique des Verts en Coupe du monde au Brésil en 2014 alors qu’Ooredoo était le sponsor officiel de la bande à Vahid Halilhodzic. La célébration du cinquantenaire de l’indépendance nationale, le passage à la 3G, sont autant d’évènements ayant marqué le passage de Joseph Ged en Algérie. Loin du langage des chiffres, il a estimé que sa première réussite en Algérie sont toutes ces relations qu’il a tissées avec des Algériens de tout âge et de tous les horizons. Et les messages de sympathies que les Algériens lui ont exprimé est un témoignage et une reconnaissance pour le travail qu’il a effectué à la tête de Nedjma et de Ooredoo. Interrogé sur les raisons ayant motivé sa décision de quitter l’Algérie, notre hôte a évoqué une raison à la fois familiale et professionnelle. L’ex-Dg de Ooredoo veut regagner le siège de son groupe au Qatar pour être plus proche de sa famille. Sur le plan professionnel, Joseph Ged ne veut plus être opérationnel. Toutefois, il a promis de rester connecté avec l’Algérie. Joseph Ged fait partie de ces étrangers qui ne sortent pas indemnes après des années de service en Algérie. «On ne peut pas effacer d’un trait d’union 12 années passées en Algérie», a-t-il estimé. L’ex-Dg de Ooredoo a promis de retourner en Algérie dans le cadre des missions du groupe. Des visites en Algérie qui ne seront pas en incognito puis il a promis de faire des communications sur les projets de son groupe en Algérie. Évoquant avec lui le marché algérien de la téléphonie mobile, Joseph Ged y prévoit une croissance soutenue. Pour rappel Joseph Ged a intégré Wataniya Telecom Algérie (WTA) en mai 2004 avec pour mission la mise en place et le déploiement du réseau Ooredoo à travers les 48 wilayas du pays. Le challenge a été relevé en un temps record : 1200 sites installés en moins de 18 mois avec une qualité de réseau exceptionnelle.À ce jour, Ooredoo dispose de plus de 10 000 sites installés à travers tout le territoire algérien. En janvier 2006, Joseph Ged a été promu Directeur général
adjoint avec des missions stratégiques et opérationnelles couvrant les directions Marketing, Ventes, Service Client, Technique, Technologie de l’information ainsi Stratégie et Régulation. Il a été nommé Directeur général de Wataniya Telecom Algérie depuis septembre 2007. Antérieurement à sa carrière au sein de WTA, Joseph Ged a occupé de nombreux postes de Management dans des sociétés de Télécommunications au Canada, aux États-Unis, et au Brésil. Il a également été impliqué dans des opérations en Europe (Croatie, Ukraine), en Afrique (Zaire, Côte d’Ivoire, Zambie, Zimbabwe, Madagascar et Guinée) et en Asie (Vietnam). Joseph Ged est titulaire d’un diplôme d’ingénierie en Télécomcom munications obtenu en 1991 à l’Université Américaine de Beyrouth. En 1993, il obtient un Master en Sciences Appliquées en Télécommunications à l’École Polytechnique de Montréal, puis un diplôme en Management du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Boston. Joseph Ged a reçu plusieurs distinctions. Il a été ainsi désigné en mars 2008, parmi les 6 meilleurs managers du Moyen Orient par le bulletin économique Middle East Business Intelligence. En janvier 2009, il reçoit la distinction de « Best Manager Environnement 2008» qui consacre les efforts consentis par l’entreprise pour la sensibilisation à la protection de l’environnement. En mars 2011, Joseph Ged reçoit l’Ordre du Mérite de la Fédération algérienne de football en reconnaissance à ses efforts et sa contribution dans la promotion du football national. En juin 2011, il reçoit la Médaille de l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de la prestigieuse université française Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Hacène Nait Amara