yennaher

Yennayer : Les Bouiris se mettent à l’heure de l’évènement

Les Bouiris se sont retrempés depuis quelques jours dans l’ambiance de Yennayer (2967), une date importante du calendrier berbère qu’ils célèbrent avec faste chaque année dans un climat de joie, de quiétude et de solidarité et ce, à travers des programmes culturels riches et variés.

Cette année, les préparatifs ont débuté depuis une semaine dans les différentes localités, notamment au chef-lieu de wilaya, à Taghzout, Saharidj, Ait Laâziz, El-Adjiba, Bechloul, M’Chedallah et Chorfa (Est). Comme à l’accoutumée, à chaque fête de Yennayer, les habitants de ces régions perpétuent cette tradition ancestrale à travers une série d’activités retraçant leur patrimoine, identité et civilisation. A Tassala et Ilyiten, deux villages montagneux relevant respectivement des communes de Taghzout et Saharidj, une ambiance bon enfant régnait mercredi dans les principales ruelles, où le mouvement associatif local et les citoyens s’apprêtaient à installer leurs étales et tables en vue d’exposer, à cette occasion, leurs produits du terroir, habits traditionnels, plats culinaires et bijoux traditionnels, livres et plantes médicinales. La nouveauté de Yennayer 2967, c’est l’organisation, à Tassala, de la dictée en langue amazighe et ce, dans le but de promouvoir et d’encourager les citoyens à apprendre cette langue nationale, a indiqué à le président de l’association Thagherma, Mohamed Taibi. La fête s’élargit à d’autres actions au profit des citoyens « Yennayer, ce n’est pas uniquement le repas traditionnel ou les expositions habituelles, mais c’est aussi et surtout d’autres actions scientifiques et de sensibilisation », a expliqué le même responsable. A Tassala, 13 associations dont celle de Thagherma, ont invité un groupe de 13 médecins de la wilaya de Tizi Ouzou à effectuer une opération de dépistage (consultation et orientation) au profit des villageois. Dans leur programme, le collectif d’associations de Taghzout compte également organiser une série de conférences, dont une consacrée à la sensibilisation sur les dangers du gaz de ville sera animée par les services de la Protection civile. Une conférence médicale et une autre sur Yennayer seront animées, entre autres, par des professeurs et chercheurs en culture amazighe, action qui s’ajoute à une exposition-vente des différents produits traditionnels. Les organisateurs comptent aussi créer une zone pour dresser un manège pour enfants, ainsi qu’un mini parc zoologique pour les visiteurs. « Cette année, la fête de Yennayer drainera plus de 10 000 visiteurs avec le programme que nous sommes en train de préparer », a expliqué. Taibi.

Ilyiten, pour la première fois
Un programme presque similaire est en cours de finition au village d’Ilyiten, sur les hauteurs du Djurdjura, par un comité des sages du village composé d’un groupe de jeunes. Le comité est en train d’apporter les dernières retouches pour accueillir les invités de Yennayer, samedi. « Tout est fin prêt pour fêter Yennayer cette année, un événement qui se veut une occasion pour ancrer la culture d’entraide et de solidarité au sein de notre localité », a confié Bouzid Merzouk, membre du comité organisateur. « C’est pour la première fois que notre village organise une manifestation officielle pour fêter Yennayer. Nous souhaitons que ce soit une tradition pour nos habitants, appelés à préserver la culture et l’identité amazighes », a-t-il dit. Au menu de leur programme, une visite guidée des sites archéologiques du village, une conférence sur Yennayer ainsi qu’une rencontre entre les autorités locales, les sages et les notables de cette localité montagneuse, connue pour être un fief de la résistance pendant la guerre de libération nationale. La chorale des jeunes filles du village sera, elle aussi, présente à cette fête pour présenter ses chants et matières poétiques amazighs, a ajouté Merzouk. L’approche de cette fête continue de créer une ambiance familiale particulière au sein des familles, qui attendent impatiemment cette célébration, censée faire sortir cette bourgade du silence qui la ronge depuis des années.

La direction de la Culture au rendez-vous
La direction de la Culture de la wilaya de Bouira s’est mise, de son côté, de la partie en concoctant un programme varié dont le coup d’envoi a été donné mardi à la maison de la culture Ali Zaâmoum qui abrite une exposition dédiée aux produits artisanaux traditionnels et à laquelle participent une quarantaine d’artisans locaux. En outre, le siège de la bibliothèque principale de Bouira ainsi que le Théâtre régional Amar Laskri abriteront d’autres activités, à savoir notamment des conférences sur Yennayer, des présentations poétiques et de danse traditionnelle, ainsi qu’un concours du meilleur plat traditionnel, selon les détails fournis par le directeur de la Culture, El-Hachemi Bouhired.
Une exposition du livre amazigh, une dictée en tamazight, une autre exposition d’arts plastiques, des représentations théâtrales et de dessin pour enfants marqueront le deuxième jour de cette manifestation culturelle amazighe, a précisé le même responsable.
Des chanteurs locaux animeront, à cette occasion, une série de galas artistiques à la maison de la Culture, a-t-il ajouté.