libyep5

VOTE DE CONFIANCE AU NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le Parlement libyen se réunit à Syrte

Une délégation de la Chambre des députés libyens en provenance de Tobrouk, à l’Est de la Libye, est arrivée, hier, à Syrte, pour entamer les préparatifs de la séance parlementaire de vote de confiance au nouveau gouvernement, prévue au courant de cette semaine.
Après l’annonce par les autorités de la ville libyenne, Syrte, samedi dernier, faisant savoir que la Chambre des représentants du peuple libyen a réservé un hôtel en ville, le complexe des salles de Ouagadougou pour la tenue des séances parlementaires devant être sanctionnées par le vote de confiance au nouveau exécutif libyen, issu du Forum de dialogue inter-libyen, les députés ont commencé, notamment, depuis hier, à arriver, à Syrte. Le responsable de la communication auprès de la ville de Syrte, Mohamed -al Amil a indiqué aux médias libyens que « le choix de la ville de Syrte a été privilégié pour abriter la séance parlementaire  en raison notamment de la situation géographique de Syrte, qui se trouve au centre de la Libye et la sécurité qu’offre, cette ville » rapporte la même source.
Le responsable libyen a précisé, dans le sillage de ses déclarations sur ce que s’apprête à vivre, non seulement les Libyens de Syrte mais le peuple libyen tout entier ces jours-ci, par la séance parlementaire unifiée libyenne, que « la Chambre des représentants du peuple a décidé après avoir coordonné avec le cabinet du Conseil des députés et le Comité militaire mixte libyen (5+5) de tenir ses séances dans la ville de Syrte » a-t-il indiqué. Une séance qui au terme du vote de confiance du Parlement au nouveau gouvernement d’Abdelhamid Debeibah, indispensable, pour le transfert des pouvoirs au nouveau cabinet, en vue d’entamer son travail axé principalement sur la gestion de la phase devant s’achever par la tenue le 24 décembre prochain des élections libyennes. Lesquelles élections devraient permettre, enfin, au peuple libyen de renouer avec la vie politico-institutionnelle, à l’arrêt depuis les événements survenus, en 2011 en Libye, précipitant l’intervention militaire étrangère de l’Otan dans ce pays. Il est à rappeler que le Premier ministre du gouvernement intérimaire, Abdelhamid Debeibah, dispose, selon la teneur des accords politiques conclus à Genève dans le cadre du Forum de dialogue inter-libyen, sous la supervision des Nations unies « d’un délai jusqu’au 26 du mois en cours » pour rendre publique la composante de son staff gouvernemental. Le nouvel émissaire onusien en Libye, Jan Kubis, a évoqué, jeudi dernier, avec le président de la Chambre des représentants libyens Akila Salah, et plusieurs parlementaires issus des différentes régions libyennes, «  la possibilité de tenir une seule séance parlementaire unifiée pour le vote de confiance au nouveau gouvernement d’Abdelhamid Debeibah » selon les médias libyens. La même source a rapporté que « Akila Salah et les autres parlementaires se sont dits totalement favorables à la tenue d’une seule séance parlementaire unifiée pour approuver la composante du nouveau gouvernement et à la tenue des élections générales à la date prévue «( le 24 décembre prochain NDLR)».
Karima B.