visa

Visa US : nouveau système de paiement et de prise de RDV

Dans un communiqué transmis, hier, à notre rédaction, l’ambassade des États-Unis à Alger annonce la mise en place, très prochainement, d’un nouveau système de paiement et de prise de rendez-vous des visas. À partir du 8 janvier, après avoir rempli la demande de visa en ligne, les demandeurs de visas devront se rendre à un des bureaux d’Aramex (situés à Alger, Hassi Messaoud, et bientôt Oran) pour s’acquitter des frais de demande de visa. Aramex leur délivrera un reçu qui leur permettra de prendre rendez-vous pour leur visa. Nous avons des rendez-vous disponibles à partir du 02 février. Dans le cadre de cette nouvelle prestation de service et pour un petit supplément de paiement, les demandeurs de visas auront la possibilité de se faire livrer leur passeport directement à domicile. Notre site web vous fournit toutes les instructions pertinentes. L’ambassade des USA à Alger a motivé ce changement par le souci de lutter contre des pratiques de certains cybercafés et agents de voyages qui excellent dans l’arnaque des demandeurs de visas US. A ce jour, les demandeurs de visas n’avaient pas à effectuer de paiement avant la prise de leur rendez-vous. Ce qui signifiait que des cybercafés et des agents de voyages essayaient de réserver tous les rendez-vous disponibles (qui sont à l’origine gratuits) dans le but de les «vendre» à un prix élevé aux voyageurs algériens a précisé le communiqué de l’ambassade US à Alger. C’est devenu extrêmement difficile pour les voyageurs algériens de prendre rendez-vous par eux-mêmes. Simultanément, 30 à 55% des rendez-vous, réservés par ces individus pour des personnes fictives qui ne se présentaient pas à l’ambassade, auraient pu être utilisés par des voyageurs légitimes. Nous pensons qu’en faisant payer les demandeurs de visas à l’avance, nous serions en mesure d’évaluer et de répondre au mieux à la demande des voyageurs algériens.

Ouverture du championnat national de tir au pistolet automatique et semi-automatique des Douanes à Batna
L’école des Douanes du pôle urbain Hamla de la ville de Batna abritera mercredi prochain le championnat national de tir au pistolet automatique et semi automatique des Douanes, a-t-on appris dimanche, du chef de l’inspection des subdivisions de ce corps constitué. Pas moins de 39 compétiteurs, dont 9 femmes, représentant 15 écoles régionales des douanes de différentes régions du pays prendront part à cette compétition, a précisé Amar Belahréche. La wilaya de Batna avait organisé, en 2016, le tournoi régional des Douanes de tir au pistolet a encore souligné la même source affirmant que tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés pour la réussite de ce prochain rendez-vous sportif national du corps des Douanes qui aura lieu pour la première fois dans la capitale des Aurès.

60 morts et 2310 blessés sur les routes de Médéa en 2016
Soixante personnes sont décédées et 2310 autres blessées, dans pas moins de 1949 accidents de la circulation enregistrés durant l’année 2016 sur le réseau routier de la wilaya de Médéa, a-t-on appris auprès de la Protection civile. Selon la même source, le nombre de tués sur les routes de la wilaya a connu une légère hausse par rapport à la précédente année où il a été déploré le décès de cinquante huit (58) personnes, tout en relevant un recul dans le nombre d’accidents, avec 261 accidents de moins que durant l’année 2015 qui comptabilise 2110 accidents de la route. Une autre baisse est signalée, en outre, celle relative au nombre de blessés qui est passé de 2602 blessés, en 2015, à 2310 blessés, au cours de l’année écoulée. Le gros des accidents de la circulation, soit près de 70% des accidents enregistrés sur le réseau routier local, a eu lieu sur différents tronçons de la route nationale N°1, considéré comme la plus accidentogène, en raison notamment du volume important du trafic routier qui transite par cet axe stratégique, reliant le nord du pays aux régions du sud, a-t-on expliqué. Le nombre élevé de points noirs recensés le long de cet axe, principalement au niveau des communes d’El-Hamdania, Ouzera, Benchicao, Berrouaghia, Meudjbeur et Ksar-el-Boukhari, constitue également l’un des facteurs à l’origine de la multiplication des accidents de la route, en dépit des actions de prévention et sécurité routière organisées cycliquement par la Protection civile, a-t-on ajouté.

La 7e étape du Dakar-2017 modifiée à cause des intempéries
La 7e étape du Dakar-2017, qui doit relier lundi La Paz à Uyuni, a été modifiée à la suite des intempéries qui frappent la Bolivie depuis vendredi, a annoncé dimanche l’organisation. La spéciale, qui devait être longue de 322 km, a été raccourcie à 161 km. Elle sera précédée de 400 km et suivie de 240 km de liaisons, contre 300 km au total initialement prévus. La première moto quittera La Paz à 04h00 locales (08h00 GMT) pour prendre le départ de la spéciale à 10h00 (14h00 GMT). L’arrivée des premières motos au bivouac d’Uyuni, aux abords du célèbre salar, est attendue à 15h20 (19h20 GMT). Ce sont principalement du sable et des dunes qui attendent les concurrents dans cette première partie d’étape marathon, au cours de laquelle ils ne pourront recevoir d’assistance sur leurs véhicules. La deuxième partie d’étape marathon les mènera de La Paz à Salta, en Argentine, mardi.
Les fortes pluies qui s’abattent actuellement sur la Bolivie ont contraint les organisateurs à raccourcir la 5e étape vendredi, entre Tupiza et Oruro, puis à annuler la 6e étape samedi, entre Oruro et La Paz, lieu de la journée de repos dimanche. Il leur avait également fallu évacuer le bivouac d’Oruro dans la nuit de vendredi à samedi.

Une œuvre de Issiakhem remise au musée des Beaux-arts d’Alger
«L’Algérie», une toile réalisée par M’hamed Issiakhem en 1960 a été remise dimanche, au cours d’une cérémonie, au Musée national des Beaux-arts d’Alger par une association culturelle française. La toile a été offerte par le peintre à l’écrivain et militant Jacques Arnault, décédé en 2008, qui avait souhaité en faire don à un musée algérien et chargé l’Association «art et mémoire au Maghreb» d’exécuter ses dernières volontés. Avant de revenir en Algérie, cette oeuvre a été restaurée grâce à une opération de mécénat coordonnée par le critique d’art et universitaire Benamar Mediène pour être exposée à Paris en 2012. M’hamed Issiakhem avait offert cette toile, réalisée en France, à Jacques Arnault -alors rédacteur en chef de la revue littéraire «La nouvelle critique»- pendant qu’ils travaillaient sur un numéro spécial sur la littérature algérienne, a expliqué la vice-présidente de l’association, Anissa Bouayad, lors de la cérémonie. La peinture, couleur terre, représente une mère, aux traits fatigués, et ses deux enfants. Elle se distingue également par des collages d’articles de presse traitant pour la plupart de la guerre de libération nationale, et de tissus aux couleurs de l’emblème algérien.