ATTAR

STABILISER LE MARCHÉ AVEC UN BARIL DE PÉTROLE AU-DESSUS DE 40 DOLLARS : L’OPEP+ passe à l’offensive

Le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, a pris part, hier, par visioconférence, aux travaux de la 23ème réunion du comité ministériel conjoint de suivi Opep et non-Opep (JMMC) consacrée à l’examen de la situation du marché pétrolier international et à ses perspectives d’évolution à court et moyen termes, a indiqué un communiqué du ministère.
Lors de cette réunion, les membres du JMMC ont, de prime abord, procédé à l’évaluation du niveau de respect des engagements de baisse de la production des pays signataires de la Déclaration de coopération pour le mois de septembre 2020, tels qu’adoptés lors de la 10ème réunion ministérielle OPEP et non-OPEP tenue le 12 avril 2020. En préparation du 23ème JMMC, l’OPEP a tenu jeudi dernier la 45ème réunion du Comité technique conjoint (JTC), durant laquelle le SG de l’organisation, Mohammad Sanusi Barkindo, a évoqué l’évolution du marché pétrolier, en déclarant que « depuis plus de six mois maintenant nous travaillons côte à côte pour faire face à une crise du marché qui est sans précédent et historique ».
Intervenant dans un contexte marqué par des fluctuations sur les marchés pétroliers, découragés par un rebond de la pandémie de coronavirus, cette rencontre se veut une offensive des acteurs du cartel pour redresser les prix du baril. Du moins, comme objectif entériné lors des travaux du conclave de l’OPEP+, maintenir à flot l’équilibre des marchés d’ici la fin de l’année et pourquoi pas aboutir à un baril au-dessus du prix actuel qui oscille autour des 40 dollars.
C’est ce qu’a révélé le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, autrement que les pays de l’Opep et non-Opep (Opep+) sont décidés de « défendre » le marché pétrolier et de prendre toutes les décisions nécessaires pour stabiliser les prix d’ici à la fin 2020 et maintenir le baril au-dessus de 40 dollars.
S’exprimant en marge d’une rencontre avec les directeurs de l’Énergie des wilayas, et repris par l’Agence de presse nationale, Attar a indiqué que « les pays l’Opep et non-Opep ont décidé de défendre le marché pétrolier et de prendre toutes décisions nécessaires pour au moins stabiliser les prix d’ici la fin 2020, de manière à maintenir le baril au-dessus de 40 dollars ».
Evoquant la 23eme réunion du comité ministériel conjoint de suivi Opep et non-Opep (JMMC), prévue cette après-midi par visioconférence, le ministre de l’Énergie a affirmé que celle-ci sera consacrée au suivi du respect des engagements de baisse de la production des pays signataires de la Déclaration de coopération pour le mois de septembre 2020, tels qu’adoptés lors de la 10ème réunion ministérielle OPEP et non-OPEP tenue le 12 avril 2020.
À ce propos, Attar a salué cet accord de baisse de production, précisant que c’est grâce à l’accord Opep+, entré en vigueur en mai 2020, qu’il y a eu une remontée des cours de l’or noir et une stabilisation des prix, atteignant depuis plus d’un mois la moyenne de 40 dollars le baril.
Abordant les perspectives du secteur pétrolier, Attar n’écarte pas une reprise des cours à partir de l’année 2021, citant dans ce contexte des prévisions de l’Opep et des institutions internationales au sujet de la reprise économique avec un taux de croissance de l’économie mondiale de 4,6 %. « Il faut espérer que la situation épidémique s’améliore en 2021 et qu’il y ait un vaccin contre le coronavirus », a-t-il expliqué tout en insistant sur la nécessité d’être « prudent » dans l’analyse de l’évolution de l’économie mondiale.
En ce qui concerne la situation de la demande mondiale en produits énergétiques durant l’année 2020, M. Attar a fait état « d’une perte de plus de 9 millions de barils par jour et d’un surplus de production de 2 millions de barils », en raison du ralentissement notamment de la demande du secteur des transports aérien et terrestre, à l’exception du domaine maritime dont l’activité n’a pas enregistré de baisse, a-t-il relevé.
H. M.