APN

SOUMIS, HIER, À LA COMMISSION DES FINANCES ET DU BUDGET DE L’APN : C’est parti pour le débat sur le PLF-2021

Le projet de loi de Finances pour 2021 arrive à la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale, laquelle a entendu, hier, le représentant du gouvernement sur le texte. Alors qu’il devait être présenté par le ministre des Finances, celui-ci a confié la mission à la ministre des Relations avec le Parlement, Besma Azouar.

D’emblée, cette dernière a défendu ce projet qui tend à consolider les fondamentaux économiques en 2021, à travers la reprise graduelle de l’activité et l’allègement de certains dysfonctionnements financiers, outre le soutien permanent des catégories vulnérables à faible revenu.
Présentant, hier, le projet de loi de Finances (PLF) pour 2021, et avant son examen par les membres de la commission, la représentante du gouvernement et ministre des Relations avec le Parlement, Besma Azouar, a présenté un exposé sur ce projet, au nom du ministre des Finances, Aymen Ben Abderrahmane, dans lequel elle a relevé la spécificité du contexte économique et financier marquant l’élaboration de ce texte et ce « au vu d’une crise sanitaire extrêmement grave, aux retombées imprévisibles sur les opérateurs économiques ». De son côté, le président de la commission des finances et du budget, Ahmed Zeghdar, a insisté, dans une allocution prononcée à l’ouverture des travaux de cette réunion, sur l’impérative consécration de tous les efforts pour l’élaboration d’une loi de Finances répondant aux aspirations du peuple pour l’édification de l’Algérie non velle, rappelant les circonstances que travers le payes à la lumière des défis imposés par le recul des revenus en devises d’une part et la pression de la pandémie mondiale, d’autre part. Soulignant que le PLF-2021 « fait triompher le caractère social de l’État », le même intervenant a mis l’accent sur l’importance de l’effort législatif pour « une distribution équitable des richesses et la simplification des mécanismes de leur création et développement, ainsi que l’encouragement des initiatives associant tous les enfants de l’Algérie ». Il s’est dit convaincu que « l’économie nationale peut toujours dépasser les risques avec succès et réaliser des résultats positifs », au regard de l’évolution des revenus de la fiscalité ordinaire devant couvrir les dépenses de fonctionnement en toute facilité, loin des rentes pétrolières, et ce grâce aux mesures prévues dans le projet pour optimiser le recouvrement fiscal et soutenir l’activité de production. Ce projet, ajoute Zeghdar, « sera débattu, peaufiné et publié avec un meilleur contenu, dans le sens où il tiendra compte de la vulnérabilité du citoyen en cette conjoncture difficile et établira un équilibre entre les besoins de l’État et ses missions qui doivent se poursuivre, quels que soient les sacrifices.

Les réserves de change passeront à 46,8 milliards USD
Mises sous tension par la crise du Coronavirus, les réserves de change passeront sous la barre des 50 milliards de dollars, précisément à 46,8 MDS de dollars, selon le projet de loi de Finance 2021, présenté lundi devant la Commission des finances et du budget de l’APN. Calculée sur la base d’un baril de pétrole de référence à 40 dollars, le projet de loi prévoit des revenus pétroliers de l’ordre de 23 milliards de dollars, avec une baisse des importations de 14,4 milliards de dollars en 2021 et 28,6 milliards de dollars en 2022. Le taux de croissance attendu pour l’année 2021 est de 4%, alors que celui de l’inflation est de 4,5% pour descendre à 4,05 % en 2022.
Sarah O.