sonelgaz

« Sonelgaz est sur une bonne aisance financière, selon son P-DG : Pas de hausse des prix de l’électricité en 2019

Malgré des dettes qui se chiffrent à 1 400 milliards de dinars, le président- directeur général du groupe Sonelgaz affirme que son entreprise se porte bien sur le plan financier. D’ailleurs, au plan social, il exclut toute révision à la hausse des prix de l’énergie électrique en 2019, mettant fin aux spéculations qui vont bon train à ce sujet. Une annonce qui serait à même de rassurer les ménages en ces temps de dégradation du pouvoir d’achat du citoyen. Intervenant, hier, au forum organisé par le journal El Moudjahid, le P-DG de Sonelgaz, Mohamed Arkab, s’est montré satisfait quant à la situation financière du groupe qu’il dirige. En effet, malgré un niveau des dettes évalué à 1 400 milliards de dinars, le responsable a affirmé que «ces crédits sont alloués à la réalisation des investissements». «L’état soutient Sonelgaz, à travers l’accès à des crédits à long terme, qui nous permettent de réaliser notre ambitieux programme d’investissements», a déclaré le P-DG, tout en précisant que l’échéancier de remboursement de ces crédits débutera en 2022.
«Nous devons réaliser ces investissements, étant donné que la demande est croissante», a-t-il expliqué, précisant que cette demande sera accentuée avec la réalisation de 50 nouvelles zones industrielles. Autrement dit, ces investissements accompagneront la dynamique économique du pays. Chiffres à l’appui, le P-DG de Sonelgaz a fait savoir que le montant des investissements pour l’exercice de 2017 est de 311 milliards de dinars. Un montant qui a permis à l’entreprise de tenir ses engagements et d’assurer la continuité du service public. « L’état de santé de Sonelgaz est bien, parce que le groupe est capable de réaliser ses investissements qui nous permettent d’assurer la continuité de nos services », a-t-il dit, dans ce sillage, tout en notant que « Sonelgaz avance toujours avec le soutien de l’Etat ». Interrogé, quant à un éventuel recours à un emprunt obligataire, le président du groupe a écarté cette possibilité en affirmant que son entreprise peut compter sur l’accompagnement de l’état. En ce qui concerne les prix de l’électricité et du gaz, dont de nombreux ex-P-DG du groupe avaient plaidé pour leur révision à la hausse, l’hôte du forum d’El-Moudjahid a, quant à lui, exclu cette alternative, affirmant que l’état continuera à subventionner ces deux services, et par conséquent, l’entreprise qu’il dirige. Arkab a indiqué que « le citoyen ne paie pas le prix réel de l’électricité. Malgré ça, aucune proposition de révision des tarifs n’a été formulée en ce sens auprès des pouvoirs publics ». Toutefois, il a tenu à rappeler que le ministère de l’énergie ainsi que la commission de régulation de l’électricité et du gaz sont les seuls habilités à revoir les tarifs.

58 milliards de DA de créances
En ce qui concerne les créances de Sonelgaz, le P-DG a fait savoir que celles-ci se sont chiffrées à 58 milliards de DA durant l’exercice de 2017, soit en baisse de 25% par rapport à 2016. « Les créances de la Sonelgaz détenues auprès de ses différents clients s’élèvent actuellement à 58 milliards de dinars, dont 25 % ont été récupérés durant l’exercice de 2016 », a-t-il déclaré à cet effet. Pour recouvrer ces créances, le P-DG privilégie les voies du dialogue, en affirmant que les mesures coercitives sont engagées dans certains cas seulement. À noter que Sonelgaz compte actuellement plus de 9 millions de clients électricité, et plus de 5 millions de clients gazalors que, le taux d’électrification est de l’ordre de 99%, et le taux de pénétration du gaz de 62%.
Lamia Boufassa