Pêche

Régulation du marché des produits de pêche à Tlemcen : Installation d’une commission de wilaya

Une commission de wilaya chargée de faciliter la commercialisation et la régularisation du marché des ressources halieutiques a été installée à Tlemcen, a-t-on appris de la chargée de communication de la direction de la pêche et des ressources halieutiques Lila Kara.

Cette commission a pour mission de faire un diagnostic exhaustif de la situation actuelle du marché des ressources halieutiques et de recommander des actions à mettre en œuvre dans le but d’améliorer ce secteur, a indiqué Mme Kara, soulignant qu’elle est composée de l’ensemble des acteurs activant dans la filière tels que les directions du commerce, de l’environnement, de l’industrie, de la santé, des gardes-côtes, de l’inspection vétérinaire, de la chambre de la pêche et de l’unité de wilaya de gestion des ports de pêche (UGPP). Elle regroupe également les professionnels (armateurs, mandataires et mareyeurs), les cadres des services de la pêche, les chefs de dairas et P/APC de Ghazaouet et de Marsa Ben M’Hidi, les représentants de l’association protection du consommateur « APOCE » et de l’organisation nationale pour la protection du consommateur, a-t-elle ajouté. Le directeur de la pêche de la wilaya, qui a présidé un atelier de concertation avec les membres de la commission, a insisté sur la nécessité de réguler la commercialisation des produits halieutiques à travers l’établissement d’un diagnostic minutieux du marché qui permettra de proposer des solutions d’urgence pour remédier aux dysfonctionnements constatés. L’atelier a permis d’aboutir à des propositions telles que la création d’un marché de gros au niveau du chef-lieu de chaque wilaya côtière pour organiser le circuit de commercialisation et maîtriser la régulation du marché des produits halieutiques, outre l’organisation de la vente ambulante du poisson et la promotion de la production aquacole marine et continentale, a fait savoir la même source.
La commission a proposé, notamment, la fixation d’une période de repos biologique pour la sardine, l’interdiction des engins de pêche destructeurs des ressources et l’amélioration des programmes de formation au niveau des écoles de pêche en les adaptant avec les technologies modernes pour l’exploration de nouvelles zones de pêche. Ces propositions seront transférées à la tutelle pour enrichissement et finalisation de l’élaboration du plan d’action et présentées ensuite au Gouvernement pour leur mise en œuvre une fois adoptées, a-t-on souligné.