Des migrants de la caravane entrent aux Etats-Unis

Mexique : Des migrants de la caravane entrent aux Etats-Unis

Des migrants centraméricains bloqués au Mexique à la frontière avec les États-Unis ont franchi, lundi, la clôture séparant les deux pays, malgré le risque très élevé d’être jetés en prison. Depuis la mi-octobre, des milliers de personnes vivant en Amérique centrale, originaires pour la plupart du Honduras, se dirigent en caravane vers le nord, en direction des États-Unis. Pour les empêcher d’entrer, Donald Trump a envoyé l’armée à la frontière et tenté de modifier la procédure d’asile en exigeant que les demandeurs d’asile restent au Mexique le temps que leurs dossiers soient instruits. Ce projet de réforme du président américain a été rejeté par les tribunaux américains. Épuisés et à bout, les migrants de la caravane s’entassent dans des camps sordides à la frontière du côté de Tijuana, ville de Basse-Californie qui fait face à San Diego en Californie. Las d’attendre, un certain nombre d’entre eux ont donc choisi de contourner la procédure légale et de tenter une entrée illégale lundi à la tombée de la nuit, à un endroit situé à environ 450 mètres de l’océan Pacifique. En moins d’une heure, les reporters de Reuters ont vu environ 25 personnes escalader l’épaisse clôture d’environ trois mètres de haut. Ils ont choisi un endroit dans un grand fossé envahi par la végétation où la clôture est légèrement plus basse. Trois personnes minces se sont faufilées à travers la clôture sur la plage. Elles ont été rapidement récupérées par la police des frontières, ont déclaré des témoins. Mais le long de la frontière à l’intérieur des terres, alors que la nuit se faisait plus noire, d’autres, en nombre de plus en plus grand, ont suivi. Beaucoup étaient avec des enfants.

EN GUISE DE CORDE
Certains ont utilisé des couvertures en guise de corde pour aider leurs proches à franchir l’obstacle. On a vu une mère et ses enfants parvenir à franchir la première barrière et disparaître dans la nuit. Cela en a encouragé d’autres à suivre, malgré la présence d’un hélicoptère survolant le secteur du côté américain. Karen Mayeni, une Hondurienne âgée de 29 ans, voulait elle aussi tenter sa chance avec ses trois enfants âgés de 6, 11 et 12 ans. «Nous ne faisons qu’observer, en attendant de voir ce qui se passe», a déclaré la jeune mère de famille. «Nous verrons quoi faire dans quelques jours.» Une heure et demi plus tard, elle et sa famille étaient par-dessus la clôture. Un certain nombre de migrants ont couru pour tenter d’échapper aux policiers, mais la plupart d’entre eux se sont dirigés lentement vers l’endroit où les officiers de la US Border Patrol les attendaient sous des projecteurs. Demander l’asile à une frontière terrestre américaine peut prendre des mois. Ainsi, si les migrants entrent illégalement et se présentent aux autorités, leur cas est susceptible être instruite plus rapidement. Certains des migrants sont probablement des réfugiés économiques dont la demande d’asile sera sans doute refusée, mais d’autres évoquent des menaces de mort reçues pour des motifs politiques dans une région troublée par des décennies d’instabilité et de violences.