MCO

MC Oran : Les talents de la ville tournent le dos au club du «cœur»

Le nouveau directeur général et entraîneur du MC Oran, Si Tahar Cherif El Ouazzani, a trop misé sur les enfants de la ville pour redorer le blason du club de Ligue 1 de football, sauf qu’il a fini par déchanter après que les joueurs convoités lui aient tourné le dos.

Les observateurs sont unanimes à vanter la capitale de l’Ouest du pays comme étant un véritable vivier de talents. Oran a d’ailleurs tout le temps enfanté des joueurs de renom ayant marqué leur passage en sélection algérienne. Les derniers en date, le duo Bounedjah-Belaïli, qui a contribué grandement à la qualification des Verts en finale de la Coupe d’Afrique des nations qu’ils vont disputer face au Sénégal vendredi au Caire. Mais depuis plusieurs années, les clubs oranais, à leur tête le MCO, puisqu’il s’agit du club-phare de la ville, ont très rarement profité des talents du cru, puisque la quasi-totalité des éléments doués n’hésitent pas à quitter «El-Bahia» pour aller monnayer leurs talents sous d’autres cieux. Avec l’arrivée de l’ancien international algérien, Cherif El Ouazzani, aux commandes des «Hamraoua» cet été, il a vite parié sur le retour des enfants de la ville pour contribuer à la résurrection d’un club qui ne cesse de manger de son pain noir.
A cet effet, il s’est empressé à prendre attache avec nombreux joueurs formés au MCO ou à l’ASM Oran, le deuxième club de la ville, pour les convaincre de porter les couleurs d’un ‘’Mouloudia’’ qui aspire à renouer avec les titres après un quart de siècle de disette. Mais à son grand désespoir, le nouvel homme fort des «Hamraoua» est en train d’essuyer échec après échec dans ce registre, alors qu’il pensait avoir fait l’essentiel avec les joueurs de la ville qu’il a ciblés. Ainsi, tour après tour, les Tabti, Belkheir, Benayad, Koulkheir et Beldjilali, pour ne citer que ceux là, ont préféré opter pour d’autres formations après avoir pourtant engagé des pourparlers avec Cherif El Ouazzani.
Certains d’entre eux lui ont même donné leur accord pour rejoindre le MCO, selon les affirmations du DG du club. L’aspect financier ne serait certainement pas étrange à cette volte-face, surtout qu’au MCO la situation dans ce registre n’est guère reluisante. Il s’agit aussi, selon les observateurs, de la cause principale ayant conduit les meilleurs joueurs oranais à choisir d’autres destinations au détriment du club du «coeur». Les exemples sont d’ailleurs légion, et c’est ce qui explique du reste que la majorité des formations de l’élite compte dans ses rangs les meilleurs joueurs d’Oran, notent avec regret les supporters «Hamraoua».
Cet état de fait devrait encore durer pour d’autres années, puisque les recruteurs des clubs algérois par exemple, à l’image du MC Alger, l’USM Alger et le CR Belouizdad, ont fait leurs «emplettes» à Oran cet été pour doter leurs effectifs des jeunes catégories par les meilleurs joueurs du MCO et de l’ASMO dans l’optique de profiter de leurs talents une fois promus en seniors.