scanners

Les scanners mobiles seront généralisés dans tous les postes frontaliers

Le directeur général des Douanes algériennes, Farouk Bahamid, a indiqué dimanche après-midi à Tébessa que ‘‘les différents postes frontaliers seront dotés des scanners mobiles pour réduire les formalités de contrôle’’. Au cours de son inspection du poste frontalier de Bouchebka, dans la commune El Haouidjbet, (50 km à l’est du chef-lieu de wilaya) le même responsable a indiqué que les Douanes algériennes sont dotées de quatorze (14) scanners mobiles dans les différents ports destinés au contrôle des containers soulignant que ces équipements seront ‘‘généralisés progressivement’’ dans les postes frontaliers. Bahamid a détaillé que cette démarche vise à ‘‘lutter contre la contrebande dans la bande frontalière’’. Au cours de l’exposé présenté sur les activités des services des Douanes pour l’année 2017, il a été relevé que le poste frontalier de Bouchebka a enregistré une recette de trois (3) milliards de dinars dont 295 millions ont été versés à la commune de El Haouidjebet, conformément à l’article 37 de la loi de finance 2017. Il a également été souligné que le même poste frontalier a enregistré un montant de recouvrement douanier lié au contentieux estimé à 878 millions de dinars. S’agissant du développement et de la modernisation des Douanes, le même exposé a fait savoir que 11 120 titres de passages douaniers électroniques ont été établis en 2017 dans l’objectif de faciliter les procédures douanières. Par ailleurs, Bahamid a insisté sur l’accompagnement des investisseurs locaux, en leur accordant toutes les facilités possibles pour ‘‘appuyer l’économie nationale et réanimer les échanges commerciaux’’ Le directeur général des Douanes a souligné que ses services procéderont à une opération d’évaluation des activités des opérateurs économiques agréés en vue d’assainir les listes des opérateurs.

75% des vols de Brussels Airlines annulés en Belgique en raison d’une grève
Plus de 75% des vols de la compagnie belge Brussels Airlines ont été annulés hier en raison d’une grève des pilotes, a annoncé un porte-parole de la société. Les clients de la compagnie ont été invités à ne pas se rendre à l’aéroport de Bruxelles. « 25% des vols sont opérés », a précisé Wencke Lemmes. La compagnie a demandé à ses partenaires aériens d’envoyer à Bruxelles des appareils plus importants pour prendre en charge ses passagers bloqués par la grève. Les pilotes de Brussels Airlines, qui ont notamment des revendications salariales, ont également déposé un préavis de grève pour la journée du 16 mai. Une réunion est prévue lundi avec la direction de la compagnie belge. Le site internet de l’aéroport de Bruxelles indiquait lundi l’état de la situation. La compagnie a indiqué que
60 000 personnes étaient concernées par les annulations de vols et a précisé avoir offert une nouvelle réservation, une alternative de vol ou un remboursement de leur billet.

Bedoui depuis hier en Espagne
Comme nous l’avions rapporté dans notre édition de dimanche, le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, était du voyage, hier, en Espagne, pour une visite de travail de deux jours en Espagne, à l’invitation de son homologue espagnol, Juan Ignacio Zoido Alvarez, confirme le département ministériel dans un communiqué. « Conformément aux décisions prises lors de la 7ème réunion bilatérale de Haut niveau algéro-espagnole tenue le 3 avril 2018, et suite à l’invitation du ministre de l’Intérieur espagnol, Juan Ignacio Zoido Alvarez, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales, et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, effectue une visite de travail au Royaume d’Espagne les 13 et 14 mai », précise le communiqué. Il est à rappeler que la 7ème session de la réunion bilatérale algéro-espagnole de Haut niveau a été sanctionnée par la signature de plusieurs accords de coopération dans plusieurs domaines, parmi lesquels figure le secteur de l’Intérieur avec la signature d’un mémorandum d’entente entres les écoles de Protection civile des deux pays.

Ooredoo partenaire de l’Organisation nationale des enfants de moudjahidine
Poursuivant son engagement au sein de la société civile, Ooredoo a signé, ce lundi 14 mai 2018 en son siège à Alger, une convention de partenariat avec l’Organisation nationale des enfants de moudjahidine (ONEM). Ce partenariat stratégique a été signé par M. Khalfa Mbarek, secrétaire général de l’Organisation nationale des enfants de moudjahidine et M. Mahdi Benmedjber, directeur Business Sales. Dans le cadre de ce partenariat exclusif, Ooredoo mettra en œuvre son expérience et innovation technologiques au profit de l’ONEM, notamment à travers ses offres Haya Business et Sahla Box Pro, des solutions parfaitement adaptées à différents usages. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la stratégie de Ooredoo visant à élargir et renforcer sa politique de proximité avec les organisations nationales et principaux acteurs de la société civile.

Première femme élue maire dans l’histoire de la Gambie
Rohey Malick Lowe, membre du Parti démocratique unifié (UDP, formation au pouvoir) a été élue samedi maire de la capitale gambienne, Banjul, devenant la première femme portée à la tête d’une municipalité dans l’histoire politique de ce pays d’Afrique de l’Ouest, a annoncé dimanche la Commission électorale nationale.
En comptant Banjul, l’UDP a remporté sept des huit municipalités que compte le pays, contre un pour le Congrès démocratique de Gambie (GDC) de l’opposant Mama Kandeh. L’UDP avait déjà remporté la majorité absolue des sièges lors des législatives d’avril 2017 et était sorti vainqueur dans une majorité des 120 circonscriptions lors de l’élection des conseillers municipaux le 12 avril. L’Alliance patriotique pour la réorientation et la reconstruction (APRC), ancienne formation de Yahya Jammeh, qui espérait gagner six mairies, n’en a remporté aucune. Fille de l’ancien maire de Banjul, Rohey Malick Lowe (1981-1983), Mme Malick Lowe a commencé sa carrière comme réceptionniste avant de se lancer dans les affaires puis d’étudier les relations internationales. Elle est la seconde femme à accéder à la mairie d’une capitale d’Afrique de l’Ouest en quelques semaines, après la victoire d’Yvonne Aki Sawyerr dans la capitale sierra-léonaise, Freetown, début mars.

L’UGTA dévoile son marché ramadanesque  
L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) ouvrira, aujourd’hui, son marché de solidarité à l’esplanade de son siège national (Place du 1er mai) et ce à l’occasion du mois de  Ramadhan a indiqué le syndicat dimanche dans un communiqué. « Cette action de solidarité à l’endroit des travailleuses et   travailleurs, des retraités et de nos concitoyens constitue un geste de  l’UGTA pour l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs et leurs  familles dans le cadre de la promotion de la production nationale  » lit-on  dans le communiqué.   Pour rappel, ces marchés spécifiques installés spécialement durant le  Ramadhan depuis quelques années, attiraient de plus en plus de ménages dont  essentiellement ceux à faible revenu, qui viennent s’approvisionner en  produits alimentaires et habillement à des prix relativement moins élevés. Par ailleurs, sept marchés de proximité dédiés à la vente de différents  produits de large consommation, comme les viandes (rouges et blanches),  fruits et légumes ainsi que différents produits alimentaires aux prix de  « gros », ont été ouverts depuis samedi (hier), au niveau de la wilaya d’Alger.

RDC : 400.000 enfants risquent de mourir de malnutrition sévère
Des tensions intercommunautaires dans le Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo, menacent la survie des habitants de cette province parmi les plus pauvres du pays. L’Unicef appelle la communauté internationale à financer une aide humanitaire durable. Dans la crise politique et sanitaire qui ravage la région du Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo, les enfants sont en première ligne. Ils sont 770.000 à souffrir de malnutrition aiguë. 10% des enfants de moins de cinq ans sont concernés. Dans un rapport publié jeudi, l’Unicef appelle la communauté internationale à financer une aide humanitaire durable. «La seule chose qui nous manque aujourd’hui, ce sont des fonds pour atteindre l’ensemble des enfants qui ont besoin de notre aide», écrit Gianfranco Rotigliano, représentant par intérim de l’Unicef en République démocratique du Congo. Si les interventions humanitaires ne s’intensifient pas, 400.000 enfants risquent de mourir de malnutrition sévère. L’organisation estime les besoins à 88 millions de dollars. Cette somme est composée de 45,5 millions de dollars dédiés à la nutrition, 17,2 millions à une intervention rapide face aux mouvements de population, 9,2 millions à l’accès à une eau saine et une bonne hygiène, 7 millions à la protection de l’enfance et 5,3 millions à l’éducation.