Kouninef

Le procès en appel des frères Kouninef reporté au 16 décembre

La Cour d’Alger a reporté au 16 décembre prochain le procès en appel des jugements rendus contre les frères Kouninef et des cadres de plusieurs ministères impliqués tous dans des affaires de corruption. Ce report a été décidé suite à la demande du collectif de défense en raison de la constitution de nouveaux avocats dans l’affaire. Septembre dernier, le Tribunal de Sidi M’hamed avait condamné les frères Kouninef à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme avec la saisie des biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays et des amendes de 8 millions de DA. Les frères Réda, Abdelkader-Karim et Tarek-Noah Kouninef, ainsi que le gérant du groupe KouGC, Keddour Ben Tahar, sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation dont « trafic d’influence », « blanchiment d’argent », « obtention d’indus avantages », « détournement de fonciers et de concessions », et « non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics ».
Le gérant du groupe KouGC, dont les frères Kouninef sont les propriétaires, Keddour Ben Tahar a quant à lui été condamné à 8 ans de prison ferme. Leur sœur, Souad-Nour Kouninef (en fuite à l’étranger), a été condamnée à 20 ans de prison ferme, avec la saisie des biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et une amende de 8 millions de DA. Le Tribunal a ordonné le lancement d’un mandat d’arrêt international contre elle. Les autres personnes impliquées dans l’affaire, essentiellement des cadres des ministères de l’Industrie, de l’Agriculture, des Ressources en eau, de l’Energie et des Télécommunications ainsi que d’autres secteurs où le groupe KouGC a obtenu des marchés, ont été condamnés à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison ferme et des amendes allant de 200.000 DA à un million de DA.

Ouargla : des voleurs de voitures écopent de 5 années de prison ferme
Trois individus, impliqués dans le vol de voitures, ont été condamnés hier à cinq années de prison ferme chacun par le tribunal criminel d’appel d’Ouargla, pour association de malfaiteurs et vol commis la nuit. Les mis en cause, M.B (24 ans), S.B (21 ans) et F.D (22 ans) se sont vu également infliger une amende de 500 000 DA chacun à verser au Trésor public. Selon le déroulement des faits, l’affaire remonte à la fin de 2018 et le début de 2019 avec le vol de véhicules de citoyens dans les communes d’Ouargla et Sidi-Khouiled, avant que les policiers n’appréhendent un suspect (M.B) dans la commune limitrophe d’Aïn El-Beida en possession d’un véhicule de type « Accent » qui s’est avéré être volé. Les investigations poussées ont permis d’identifier deux complices (S.B et F.D) avec lesquels étaient coordonnées, notamment de nuit, les opérations de vol de voitures dont le nombre a atteint trois véhicules. Dans cette affaire, le représentant du ministère public a requis une peine de 20 ans de prison ferme et une amende de deux (2) millions DA pour chacun des mis en cause.

Roulant à vive allure, un colon sioniste tue deux Palestiniens et en blesse cinq autres
Au moins deux travailleurs palestiniens ont perdu la vie et cinq autres ont été grièvement blessés, hier matin, après qu’un colon israélien, roulant dans un bus, les ait écrasés et pris la fuite, dans le centre de la Cisjordanie occupée. Des sources de sécurité palestiniennes ont déclaré que les travailleurs avaient été percutés, par un bus, vide de passagers, et conduit par un colon, près d’un poste de contrôle militaire à l’entrée nord de la ville de Bethléem, située à environ 10 kilomètres au sud de d’El-Qods, hier matin, a déclaré un responsable palestinien. L’agence de presse Wafa a rapporté cet acte terroriste. Les sources ont ajouté que deux jeunes hommes, il s’agit de Ziad Ali Hussein Abiyat, 29 ans, et Jaafar Omar Abayat, 30 ans, ont été tués, par ce colon, tandis que cinq personnes ont été gravement blessées. Les policiers israéliens auraient localisé le bus, mais pas le chauffeur israélien, lequel, par hasard a réussi à fuir, après son acte terroriste contre les deux travailleurs palestiniens morts et ceux grièvement blessés. Par ailleurs, un adolescent palestinien a été hospitalisé mardi dernier, après avoir été battu par les forces israéliennes dans le sud de la Cisjordanie. Il s’agit de l’adolescent Muhammad Munir Moqbel, âgé 16 ans, agressé alors qu’il était détenu par des soldats israéliens. La famille du garçon a déclaré que l’adolescent avait été transféré au centre médical Hadassah à al-Quods et « devait subir une intervention chirurgicale pour une fracture de la mâchoire et des dents cassées ». Selon des ONG internationales et des associations palestiniennes de soutien aux prisonniers palestiniens dans les geôles de l’entité sioniste, «  ils sont plus de 170 enfants palestiniens à être incarcérés dans les prisons israéliennes ».

Le MAE italien en visite en Algérie samedi prochain
Le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di-Maio, effectuera, à partir de samedi prochain, une visite de travail de deux jours en Algérie, à l’invitation du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères algérien. « Cette deuxième visite à Alger de M. Di-Maio, au titre de l’année 2020, s’inscrit dans le cadre de la consolidation des liens d’amitié et de coopération entre l’Algérie et l’Italie », précise la même source, ajoutant qu’elle « constituera, pour les deux parties, une occasion de passer en revue les axes prioritaires de la coopération bilatérale et d’examiner l’agenda des grandes échéances à venir, notamment la tenue, au cours de l’année 2021, de la 4ème réunion de Haut niveau ». Les questions d’actualité régionales et internationales, en particulier, l’évolution récente au Sahara occidental ainsi que la situation en Libye et au Mali, figureront également à l’ordre du jour des entretiens entre les chefs de la diplomatie des deux pays. Les deux ministres procéderont, au cours de cette visite, à la signature d’un mémorandum d’entente instituant « le dialogue stratégique sur les relations bilatérales et les questions politiques et de sécurité globale », ajoute le communiqué du MAE. À l’issue de sa visite, M. Di-Maio sera reçu par le Premier ministre, M. Abdelaziz Djerad.

Harga : coup de filet dans un réseau de passeurs à Mostaganem
Les services de la Sûreté de wilaya de Mostaganem ont démantelé un réseau qui organise des traversées clandestines via la mer en utilisant les multimédias, a-t-on appris mercredi de ce corps de sécurité. L’opération a débuté le 29 novembre dernier lorsque la brigade de lutte contre la cybercriminalité de la police judiciaire a détecté une publication électronique renseignant sur l’organisation d’une opération d’émigration clandestine par mer, a-t-on indiqué. Un mis en cause proposait ses services sur les réseaux sociaux pour le transport de personnes vers l’autre rive de la Méditerranée sur un plaisancier en contrepartie d’une somme de 350 000 DA par personne, a-t-on fait savoir. Après avoir avisé les services compétents et l’accomplissement des procédures judiciaires, une personne âgée de 18 ans, a été arrêtée et l’enquête a permis d’identifier un autre acolyte âgé de 19 ans, dans le domicile duquel a été découvert le plaisancier, a-t-on ajouté. Les services de la police ont établi un dossier judiciaire contre les deux individus pour les présenter devant le procureur de la République près le tribunal de Mostaganem, selon la même source.