LAMAMRA AU CAIRE

LAMAMRA AU CAIRE : Faire du sommet arabe d’Alger une étape charnière de l’action arabe

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a affirmé, jeudi au Caire, l’attachement de l’Algérie à abriter le prochain sommet de la Ligue arabe. L’Algérie s’engage à faire de ce sommet arabe ‘’ une étape charnière et un phare lumineux pour l’action arabe commune ‘’, a-t-il dit. Dans un discours prononcé lors des travaux de la session ordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel, Lamamra a précisé que « l’Algérie œuvrera à faire du prochain sommet arabe, qu’elle aura l’honneur d’abriter, une étape charnière et un phare lumineux pour le processus de notre action arabe commune, en réunissant toutes les conditions de succès de cette importante échéance arabe ».
Le chef de la diplomatie algérienne a, à cet égard , réaffirmé « la nécessité d’opérer les réformes indispensables dans le système de l’action arabe commune », rappelant que « la position de l’Algérie à l’égard de la réforme et du développement de la Ligue arabe procède d’une approche inclusive tenant compte des défis qui se posent à la sécurité nationale arabe ». Ramtane Lamamra s’est félicité des prémices de la fin de la crise libyenne et du progrès réalisé par le processus politique dans ce pays. Il a estimé que « quoique insuffisantes, l’Algérie se félicite des prémices se profilant à l’horizon, de la fin de la crise libyenne après l’annonce du lancement du processus de réconciliation nationale inclusive, avec le souci d’impulser le processus de paix vers l’étape des élections, conformément  à la feuille de route issue du processus de dialogue politique libyen ».
« L’Algérie reste disposée à poursuivre ses efforts et à soutenir les frères libyens, tout en leur permettant de tirer profit de l’expérience algérienne en matière de réconciliation nationale, telle que soulignée, maintes fois, par le Président, Abdelmadjid Tebboune ».
Dans ce cadre, Lamamra a estimé que la réunion des pays voisins de la Libye, tenue dernièrement en Algérie, en présence des représentants de la Ligue des États arabes, de l’Union africaine (UA) et des Nations unies (ONU), se veut  » une étape importante dans l’activation du rôle et la contribution des pays du voisinage, en vue de concrétiser la stabilité escomptée en Libye et préserver la sécurité et l’intégrité des pays du voisinage qui sont impactés directement par ce qui se passe dans ce pays frère ».
Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a pris part, jeudi au Caire, aux travaux de la session ordinaire du conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel et dont les travaux ont porté sur l’examen de nombre de questions politiques actuelles dans le monde arabe, en tête desquelles la cause palestinienne.
Ramtane Lamamra a affirmé, à ce propos, que l’évolution des crises dans le monde et la tournure prise par les évènements en Syrie, au Yémen et en Libye ont prouvé la justesse des positions adoptées par l’Algérie.
Les travaux de cette session ordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel ont porté sur l’examen de nombre de questions politiques d’actualité dans le monde arabe, à leur tête la question palestinienne.
Lamamra a rappelé  que  » l’Algérie n’a eu de cesse de mettre en garde contre ces conflits, d’autant plus que l’évolution des évènements dans ces pays a clairement montré la justesse des positions adoptées par l’Algérie depuis le déclenchement des crises dans les pays frères; la Syrie, le Yémen et la Libye ». « Telles étaient et restent les positions de l’Algérie qui reposent sur deux principes fondamentaux: la non-ingérence dans les affaires intérieures des États et le dialogue pour parvenir aux solutions politiques pacifiques et consensuelles qui préservent l’unité et la souveraineté des États arabes et réalisent les ambitions légitimes de leurs peuples », a affirmé le chef de la diplomatie algérienne.
Aussi, Lamamra a-t-il appelé à la mise en œuvre de ces deux principes dans le cadre de la structuration des relations qui lient le monde arabe et les pays voisins qui partagent l’appartenance à la civilisation islamique.
M. B.