Lait

Lait pasteurisé : Insuffisance et spéculation sur les prix à Djelfa

Une insuffisance en lait pasteurisé conditionné en sachets est actuellement enregistrée dans la wilaya de Djelfa, conjuguée à une spéculation sur les prix de ce produit en ces premiers jours du Ramadhan, a constaté l’APS. Le sachet de lait pasteurisé est actuellement écoulé pour un prix allant de 35 à 40 DA au niveau d’un nombre de commerces et d’étals de vente à la sauvette du centre-ville de Djelfa.

Cette situation est à l’origine d’un grand mécontentement des citoyens tant à l’égard de ces prix que de la pénurie de cette denrée vitale. Ils (citoyens) remettent en cause l’efficience du contrôle assuré par les services de la wilaya concernés, notamment par la lutte contre les vendeurs occasionnels. «Le seul objectif durant ce mois sacré est d’amasser le plus d’argent possible aux dépens de la bourse des citoyens», déplorent-ils. D’aucuns se sont, également, interrogés sur l’importante disponibilité des produits dérivés du lait (fromages, lait caillé et autres), avant d’expliquer ce fait par l’importante marge bénéficiaire qu’ils assurent aux commerçants, à l’opposé du lait en sachet dont le prix est soutenu par l’Etat. La wilaya de Djelfa compte deux unités de production de lait pasteurisé en sachets, la première au chef-lieu de wilaya et la 2ème dans la zone industrielle d’Ain Ouessara (100 km de Djelfa), assurant toutes les deux une importante part des besoins de la région en la matière. Le reste des besoins de la wilaya lui parvient d’autres unités relevant d’Ain Defla, Alger et Ghardaïa, entre autres. Selon les responsables en charge de la Direction du commerce de Djelfa, la wilaya accuse un déficit dans ses besoins en lait estimé à 15.000 sachets. Sa production en lait en sachets est de 50.000 unités/Jour, au moment où ses besoins en la matière sont estimés à 65.000 unités. Ce besoin est néanmoins accru durant le mois sacré, en atteignant des pics de 80 à 90.000 unités, portant ainsi le déficit dans la wilaya à 30.000, voire 40.000 sachets de lait /J, a indiqué à l’APS le chargé du service de contrôle des pratiques commerciales. «C’est ce déficit qui a automatiquement généré une spéculation sur les prix du lait», a estimé Saed Ayache. Au titre des mesures mises en place pour faire face à cette spéculation, il a signalé des amendes entre 20.000 et 200.000 Da, outre la fermeture administrative. Aussi a-t-il fait part au titre du programme de contrôle fixé par sa direction pour ce mois sacré du Ramadhan, de la mobilisation de 36 brigades pour le contrôle des pratiques commerciales et d’une trentaine d’autres pour le contrôle de la qualité, à travers les 36 communes de la wilaya. Il a, également, signalé l’ouverture, en ce mois sacré, de quatre marchés de proximité dans la commune de Djelfa, trois à Ain Ouessara, et un marché au niveau de chacune des localités de Messaàd et Hassi Bahbah.