peste des petits ruminants

LA VACCINATION CONTRE LA PESTE DES RUMINANTS RISQUE D’ÊTRE COMPROMISE : Les intempéries compliquent la tâche aux vétérinaires

Alors que la campagne de vaccination contre la peste des petits ruminants a été entamée vendredi dernier, après la réception d’un premier lot de cinq millions de doses, les intempéries compliquent l’opération de distribution de ces vaccins, surtout dans les régions enclavées et fermées à la circulation. En effet, plusieurs régions du pays ont été touchées par les dernières intempéries, notamment les chutes de neige. Ceci n’a pas été sans impact sur la campagne de vaccination, qui vient à peine d’être lancée, outre le nombre limité et insuffisant de vaccins réceptionnés. Ainsi, à en croire les dernières données de la Gendarmerie nationale, dix-huit routes nationales et vingt et un chemins  de wilayas au niveau de onze wilayas sont fermés à la circulation en raison  des intempéries enregistrées dans le nord du pays suite aux fortes chutes  de neige et à l’érosion du sol. Les wilayas les plus touchées, sont Tizi-Ouzou, Bouira, Jijel, El-Taref, Béjaïa, Mila, Khenchela Guelma, Batna, Tébessa, Souk-Ahras et Bordj Bou-Arréridj. Ceci étant, les régions coupées à la circulation étaient, hélas, les plus touchées par la maladie. Outre le retard accusé dans l’acquisition des vaccins, le mauvais temps est venu compliquer la donne pour les éleveurs, qui se plaignent des pertes. D’ailleurs, en ce qui concerne les indemnisations, le directeur des services vétérinaires, au ministère de l’Agriculture, Kaddour Hachemi, a affirmé, hier, que l’ « opération d’indemnisation suivra son cours selon les dossiers ». En ce qui concerne le vaccin, le responsable a fait savoir qu’une somme de 380 millions de DA a été déboursée pour l’acquisition de celui-ci. Il convient de préciser que ce lot de cinq millions de vaccin reste «insuffisant» pour couvrir l’ensemble des besoins. En attendant l’arrivée d’autres lots, le département d’Abdelkader Bouazgui a d’ores et déjà commencé l’opération de vaccination dans quelques wilayas les plus touchées. Il s’agit des wilayas de Constantine, El-Bayadh, Mila et Laghouat. Dans le détail, la wilaya d’El-Bayadh a reçu un quota de 250 000 doses de vaccins. Les services de la DSA dans cette wilaya ont recensé, depuis novembre dernier, 30 foyers de la peste de petits ruminants dans les communes d’Aïn Arak, Brizina et Rogassa avec la perte de 52 têtes ovines, 127 caprines. Les mêmes services ont recensé, depuis décembre dernier, la perte de 1 200 ovins et caprins atteints de fièvre aphteuse dont 90% touchant des agneaux.
Pour sa part, la wilaya de Constantine a reçu un lot de 20 000 vaccins. Cette quantité de vaccin est « suffisante » pour assurer une couverture sanitaire globale du cheptel de la wilaya qui recense environ 180 000 têtes ovines. La wilaya de Mila a pour sa part bénéficié d’un lot de 50 000 doses, tandis que son patrimoine animalier est constitué de 340 000 ovins, de 88 000 bovins et de 34 000 caprins. Par ailleurs, Quelque 250 000 doses de vaccin contre la peste des petits ruminants ont été distribuées à travers les différentes communes de la wilaya de Laghouat. Pourtant, la wilaya recense un cheptel avoisinant les deux millions de têtes de bétail. Il est évident, à travers une simple lecture de ces chiffres, que la maladie est loin d’être contrôlée tant que les vaccins peinent à atteindre les éleveurs, et les zones enclavées et le nombre d’ovins et caprins.
Pour rappel, les marchés de bestiaux ont été fermés à travers plusieurs wilayas pour le deuxième mois consécutif avec l’interdiction du déplacement du bétail sauf avec autorisation. L’opération sera probablement reconduite pour le mois de mars prochain, ce qui impactera davantage le prix des viandes rouges.
Lamia Boufassa