Importations des céréales : Facture en baisse, quantités en hausse

Les importations algériennes des céréales (blés, maïs, orge) ont enregistré une légère baisse de la facture, mais avec une hausse des quantités importées durant les neuf premiers mois de 2015, a-t-on appris auprès des Douanes. La baisse en valeur des importations des céréales s’explique essentiellement par un recul des prix sur le marché mondial, généré par les bonnes récoltes dans les grands pays producteurs, ainsi que par les bonnes perspectives céréalières. Ainsi, les importations des céréales (blés, maïs, orge) ont baissé de 2,56 milliards de dollars (mds usd) durant les 9 premiers mois 2015, contre près de 2,73 mds usd sur la même période de 2014 (-6,05%), précise le Centre national de l’information et des statistiques des douanes (Cnis). Quant aux quantités importées, elles ont été estimées à 9,92 millions de tonnes contre 9,22 millions de tonnes, en hausse de 7,6%. La valeur des importations des blés (tendre et dur) a reculé en passant à 1,78 md usd contre 1,83 md usd (-2,71%), mais les quantités ont augmenté pour atteindre 6,17 millions de tonnes contre 5,63 millions de tonnes (+9,6%) Par catégorie de blés, la facture des importations de blé tendre s’est établie à 1,22 md usd contre 1,23 md usd (-1,16%) pour une quantité de 4,95 millions de tonnes contre 4,09 millions de tonnes à la même période de 2014 (+21%). De janvier à septembre dernier, la facture du blé tendre a représenté 47,6% de la totalité des importations des céréales. En 2014, la facture des importations des céréales s’était établie à 3,54 milliards de dollars, en hausse de 12% par rapport à 2013. Les prix internationaux des céréales sont soumis à une pression à la baisse depuis le début de l’année 2015, à la faveur de stocks abondants et de perspectives de récoltes globalement bonnes et d’une moindre demande chinoise, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), rappelle-t-on. Les importations des céréales ont atteint le mois d’août dernier près de 229,6 millions usd (1,052 million de tonnes) contre 375,17 millions usd (1,364 million de tonnes) à la même période en 2014, reculant ainsi de 38,81%, selon le Cnis. Toutes les importations des céréales (blés, maïs, orge) ont reculé en août dernier par rapport au même mois en 2014. Cette baisse en valeur est due essentiellement à un important recul des prix mondiaux durant le mois d’août dernier. En août 2015, les importations des blés (tendre et dur) ont atteint 161,2 millions usd (703.137 tonnes) contre 178 millions usd (542.557 tonnes), en baisse de 9,44%. Concernant l’orge, l’Algérie a importé pour 20,69 millions usd (104 920 tonnes) contre 45,76 millions usd (185 226 tonnes), en baisse de près de 54,8% en valeur. Les importations de maïs ont totalisé 47,70 millions usd (244 076 tonnes) en août dernier contre 151,40 millions usd (636 510 tonnes) en baisse en valeur de près de 68,5%. Cette baisse s’explique essentiellement par le recul des prix agricoles mondiaux, en raison de l’abondance de l’offre et d’une moindre demande chinoise, selon l’Indice mensuel (août 2015) des prix alimentaires de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). Les prix agricoles mondiaux ont enregistré en août leur plus forte baisse en sept ans et atteignent pour certains produits, dont les céréales leur plus bas niveau principalement en raison de l’abondance de l’offre et d’une moindre demande chinoise, selon la FAO. Les céréales ont connu durant le seul mois d’août dernier une baisse de 7% par rapport à juillet 2015, atteignant ainsi leur plus bas niveau depuis mars 2009. Ce recul des prix a encouragé l’Office algérien interprofessionnel des céréales (Oaic) à effectuer des achats, afin de reconstituer les stocks stratégiques de céréales notamment les blés et en anticipant la période hivernale, caractérisée généralement par une baisse de l’offre. Les perspectives de récoltes mondiales établies par la FAO se chiffrent à 2,54 milliards de tonnes, soit 13,8 millions de tonnes supplémentaires par rapport à 2014, une année d’abondance. En 2014, la facture des importations des céréales s’était établie à 3,54 milliards de dollars, en hausse de 12% par rapport à 2013. La production céréalière nationale a atteint 40 millions de quintaux durant la campagne moissons-battage 2014-2015, contre 35 millions de quintaux lors de la saison précédente (+14,3%), selon l’Oaic. Par conséquent, la céréaliculture est largement dépendante de la pluviométrie en Algérie puisque sur une superficie totale de 3,4 millions d’ha, seulement 240 000 ha bénéficient actuellement de l’irrigation, soit 7% de cette superficie. Il est à noter que les prévisions du quinquennat 2015-2019 tablent sur une production céréalière de 69,9 millions de quintaux, soit environ le double de la récolte actuelle, et ce, en tablant sur l’extension des surfaces irriguées d’un (1) million d’ha supplémentaire, dont 600 000 ha seront réservés à la culture céréalière.
Lazreg Aounallah/APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>