M'henni

IL ÉVOQUE TOUTE HONTE BUE UN « GÉNOCIDE » EN KABYLIE : Ferhat M’henni s’enfonce dans son délire

Depuis qu’il est pointé du doigt par les hautes autorités algériennes d’être le chef d’une organisation terroriste à l’origine de l’exécution du complot des incendies déclarés à travers le pays, surtout en Kabylie, le chef du MAK inféodé au Makhzen et aux Sionistes, Ferhat M’henni, ne sait plus où donner de la tête. Au moment où les Algériens se sont soulevés tel un seul homme pour contrer à l’unisson tout plan de déstabilisation et de division de leur pays, le président autoproclamé de l’autoproclamé Mouvement d’autodétermination d’une région qui l’ait pourtant rejeté verse davantage dans leur délire. Ferhat M’henni, qui a trahi son pays au profit des ennemis de sa Patrie, évoque un invraisemblable « génocide », une « extermination ethnique des Kabyles » et des « appels aux meurtres contre ses « militants ». Dans une lettre datée du 17 août dernier et par laquelle l’autoproclamé gouvernement provisoire kabyle a saisi, toute honte bue, le Conseil de sécurité, l’Union européenne ainsi que la France- qui lui ont octroyé le statut d’asile politique-, pour une intervention auprès des autorités algériennes.
En voulant se tirer d’affaire, le chef du MAK, un mouvement classé terroriste et impliqué dans le complot visant l’Algérie, s’enlise davantage dans la déroute. Ferhat M’henni aurait mieux fait d’appeler à la rescousse le Makhzen et l’entité sioniste auxquels il a servi son pays sur un plateau d’argent.
F. Bellili