Gerald Moussa Darmanin

IL EN A FAIT L’ANNONCE DEVANT LES DÉPUTÉS FRANÇAIS : Gerald Moussa Darmanin bientôt à Alger

C’est devant les parlementaires français, que le ministre de l’intérieur, Gerald Darmanin a annoncé sa visite, prévue cette semaine, qui le conduira dans trois pays de la région maghrébine, en Algérie, suivie du Maroc et de la Tunisie. Il sera question lors du déplacement du ministre Darmanin, à Alger, de discussion avec son homologue, Kamel Beldjoud et d’autres responsables, des questions sécuritaires et de la migration clandestine. Indiquant devant l’Assemblée nationale française, qu’il évoquera avec ses homologues, lors de son déplacement, à Alger, Tunis et Rabat, de « la problématique des migrants mineurs en France » Gérald Moussa Darmanin a affirmé que dans son pays « il y a aujourd’hui un drame des mineurs isolés, notamment venant du Maroc, de l’Algérie (…) » avant d’annoncer , «je me rends au Maghreb la semaine prochaine à la demande du Premier ministre et du président de la République pour régler le problème, qui relève notamment des pays du Maghreb » a-t-il déclaré. Poursuivant il dira aux députés que « notre pays est confronté au drame des mineurs isolés notamment venant des pays du Maghreb, de Tchétchénie ou du Pakistan. Nous devons très rapidement mettre fin à la présomption de minorité ». Lors de son passage sur France Inter, le 23 septembre dernier, le ministre français de l’intérieur avait cité des villes en France, comptant de mineurs isolés, déclarant qu’ «  »Il y a à Paris, à Bordeaux, dans plusieurs grandes villes de France, des mineurs isolés qui viennent d’Algérie, qui viennent du Maroc, chacun connaît la difficulté » notamment, a-t-il poursuivi « des mineurs isolés marocains à Paris » a précisé, Gerald Darmanin. Effectuant sa tournée maghrébine en question, sous instruction du président Emmanuel Macron, le ministre de l’intérieur avait déclaré, à France inter, que « le président de la République, depuis longtemps, s’occupe de ce sujet, notamment dans une relation diplomatique avec nos amis marocains et algériens ». Et bien avant son déplacement, au Maghreb, Gerard Moussa Darmanin a bien travaillé l’agenda sujet de sa visite, à Alger et Rabat, avec son collègue dans l’exécutif, en l’occurrence le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, déclarant dans le micro de France inter, septembre dernier « je travaille beaucoup avec Jean-Yves Le Drian, c’est une question à la fois de sécurité, de protection de l’enfance et de diplomatie » et d’ajouter par ailleurs que « nous devons absolument régler ce problème au niveau européen » estime-t-il. Par ailleurs, dans sa réaction, le 24 septembre dernier, sur le Pacte migratoire présenté par la Commission européenne, la France estime dans un communiqué « que l’Union européenne doit mener un dialogue plus exigeant avec les pays d’origine et de transit en matière d’immigration » et que La stratégie européenne de coopération, poursuit la même source «doit intégrer pleinement cet enjeu, en aidant à renforcer la stabilité politique et économique de ces pays partenaires et à lutter contre les réseaux criminels qui tirent profit de la détresse de certaines populations » lit-on. Jeudi dernier, le locataire de l’Hôtel Beauvau a rencontré, la directrice de l’asile à la Direction générale des étrangers en France (DGEF) Mme, Clémence Olsina, avant de s’entretenir, quelques heures après avec, M. Chems- Eddine Hafiz, Recteur de la Grande mosquée de Paris. Il est à noter que la visite du responsable français a été précédée, par celle de son homologue italienne, mi-septembre dernier, la ministre italienne de l’Intérieur, Mme Luciana Lamorgese. Au terme de l’audience qui lui a accordée le président de la Républque, Abdelmadjid Tebboune, la responsable italienne avit déclaré, que son pays aspire à »renforcer davantage » ses relations avec l’Algérie, réitérant à cette occasion la volonté de Rôme «  de renforcer davantage notre relation avec l’Algérie qui date depuis longtemps déjà », avait déclaré Mme Lamorgese à la presse. Poursuivant, elle a indiqué que sa visite « a constitué également une opportunité pour réitérer la volonté de son pays de coopérer avec l’Algérie dans plusieurs domaines, relevant avoir abordé avec le président Tebboune la coopération entre les deux pays dans le domaine sécuritaire et celui de la Protection civile en cas de sinistres et de catastrophes naturelles », estimant que sa visite à Alger, sera « suivie par d’autres » a-elle-déclaré.
Karima B.