Futur gouvernement en Tunisie

Futur gouvernement en Tunisie : Les concertations s’accélèrent à la veille de la date butoir

Les concertations entre les partis politiques en Tunisie se poursuivaient mercredi pour débloquer l’impasse autour de la formation du futur gouvernement, dont la composition doit être dévoilée par le Premier ministre désigné Elyes Fakhfakh d’ici jeudi, dernier délai prévu par la Constitution tunisienne.

Un communiqué de la présidence tunisienne publié par l’agence de presse TAP, a indiqué qu’Elyes Fakhfakh qui a jusqu’au 20 février pour finaliser officiellement la formation de son cabinet, y compris l’étape du passage au parlement pour vote de confiance, a informé le président Kais Saeid «de l’évolution des concertations autour de la constitution du gouvernement». Lors de son entretien lundi avec Elyes Fakhfakh, le président Saeid a affirmé qu’»il n’y a pas d’autre choix que d’appliquer l’article 89 de la Constitution». L’article 89 stipule que «si, dans les quatre mois suivant la première désignation, les membres de l’Assemblée des représentants du peuple (Parlement) n’ont pas accordé la confiance au gouvernement, le président de la République peut décider la dissolution de l’Assemblée des représentants du peuple et l’organisation de nouvelles élections législatives dans un délai d’au moins quarante-cinq jours et ne dépassant pas quatre-vingt-dix jours». Fakhfakh, ancien ministre des Finances, avait dévoilé samedi passé la composition du gouvernement proposé avant que le parti majoritaire Ennahdha (54 députés) n’annonce la décision de se retirer du gouvernement et de ne pas lui accorder la confiance. A cet effet, le Premier ministre désigné avait annoncé sa décision avec celle du chef de l’Etat «d’exploiter ce qui reste des délais constitutionnels pour emprunter la voie qui sert l’intérêt supérieur du pays». Pour rappel, Kais Saied avait chargé, le 20 janvier dernier, Elyes Fakhfakh de former le gouvernement. Cette désignation était intervenue après le rejet, le 10 janvier 2020, du gouvernement Habib Jemli, par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Ennahdha évoque des «développements positifs» dans les négociations
Dans le cadre des concertations visant à sortir de cette impasse, le Conseil de la Choura du parti Ennahdha a décidé lors d’une réunion extraordinaire, mardi soir, de confier au bureau exécutif de parachever les négociations sur la formation du gouvernement avec les parties concernées et de prendre la décision appropriée dans ce sens. Dans une déclaration mercredi à l’agence TAP, Ajmi Lourimi, membre du bureau exécutif d’Ennahdha, a assuré que des «développements positifs» ont été enregistrés dans le processus de concertations avec le chef du gouvernement désigné. Il a salué «le rôle positif» assumé par les organisations nationales dans le rapprochement des points de vues. Selon ce même responsable, les concertations ont connu un rythme ascendant mardi entre les différentes parties pour sortir de la crise politique, évoquant une rencontre avec Elyès Fakhfakh et la direction du parti Qalb Tounès (de Nabil Karoui). Toutefois, plusieurs points restent encore à résoudre concernant notamment les critères d’un gouvernement d’union nationale, réclamé par le parti Ennahdha, selon Ajmi Lourimi qui a annoncé qu’une rencontre est prévue, ce mercredi entre Elyès Fakhfakh et des dirigeants d’Ennahdha, pour clarifier certaines questions au sujet des noms proposés à la tête de certains ministères et qui ont été rejetés par le parti. Par ailleurs, les appels à l’association des parties qui désirent participer au gouvernement, Qalb Tounès en particulier, persistent. Concernant le ministère de l’Intérieur, Lourimi a souligné le besoin de poursuivre les concertations pour la désignation d’une personnalité «qui réponde au mieux aux critères de la compétence et de la neutralité». De son côté, Noureddine Tabboubi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail tunisien (UGTT), cité par la TAP, a fait savoir que «toutes les parties ont privilégié l’intérêt national», et qu’Elyes Fakhfakh annoncera la composition du futur gouvernement «dans les prochaines heures». Tabboubi qui s’exprimait à l’ouverture mardi des travaux du congrès des agents du corps judiciaire, des domaines de l’Etat et des affaires foncières à Hammamet (Tunisie), a en outre salué «les efforts de toutes les parties qui ont intervenu pour faire bouger les choses et à leur tête le président Saïed». Et enfin, le mouvement Tahya Tounes a exprimé mardi soir son soutien au gouvernement d’Elyes Fakhfakh, assurant qu’il va participer à la nouvelle équipe ministérielle. Dans une déclaration publiée à l’issue de la réunion de son conseil national, le mouvement a souligné la nécessité de la «validation du nouveau gouvernement dans les plus brefs délais», jugeant «positif» son rôle dans le processus de formation du gouvernement. Par ailleurs, Tahya Tounes a salué le rôle du président tunisien en tant que «garant de la Constitution et de la continuité des institutions», mettant en garde contre «tout scénario pouvant pousser le pays vers l’inconnu».