Medjahed

Écarts des résultats du BEM entre les écoles militaires et les écoles publiques : Medjahed demande d’engager une réflexion

Lors de son passage, hier, au Forum du Courrier d’Algérie, le général-major à la retraite, et ancien commandant de l’Académie interarmes de Cherchell et aussi un analyste et expert des questions géopolitiques, Abdelaziz Medjahed n’a pas hésité d’évoquer ce que produit l’école algérienne, tout en commentant sur l’écart enregistré dans les résultats de BEM entre les écoles militaires et les écoles publiques dévoilés, il y a quelques jours de ça. Après avoir abordé plusieurs sujets sur l’aspect sécuritaire dans la région Sahélo-saharienne, et racontant certaines anecdotes pour donner des témoignages, le conférencier s’est retrouvé obligé de commenter sur les résultats du BEM dans deux écoles différentes, alors que les résultats obtenus ici et là l’ont complètement étonné.
« Il y’a quatre ou cinq jours, j’écoutais dans la radio les infos des résultats d’examens de Brevet d’enseignement moyen (BEM), un taux de réussite de 100 % dans les écoles des Cadets de la nation (militaires) et de 57 % dans le secteur national public. Moi, à la place du Premier ministre, de président de la République ou de la ministre de l’Éducation nationale j’ouvrirais une enquête pour voir quels sont les raisons.
Comment on est arrivé à 57 % ici, et 100% là, donc il y a un problème quelque part. Puisque ce sont les mêmes algériens dans les écoles des Cadets et les écoles publiques, le même programme notamment pour les uns et les autres, les mêmes enseignants puisque ils sont tous de l’enseignement supérieur, il faut aller voir quels sont les atouts qui permettent d’atteindre les résultats de 100 %» s’est-il interrogé. Par ailleurs, il a précisé qu’il existe plusieurs critères qui différencient les écoles des Cadets aux écoles publiques, en soulignant en ce sens : «quand le jeune algérien sort de l’école, il se retrouve dans la société, celui-là aura toutes les conditions ordinaires pour étudier, et je ne dirai pas qu’ils sont idéales car il y a aussi la rue, l’entourage et autres qui peuvent influer sur le rendement et les prestations des élèves, et sur les résultats notamment. Aux écoles des cadets les élèves sont bien suivis, dirigés et orientés. J’ai une remarque qui m’a fait un peu mal de deux grands responsables, par rapport aux résultats obtenus par les écoles des Cadets, je veux savoir pourquoi le taux des résultats est à 100%, et là j’ai un petit doute », a-t-il fait savoir.
Mohamed Wali