9.9 C
Alger
23 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

DES FONCTIONNAIRES DE L’ÉDUCATION MÈNENT LA CAMPAGNE ÉLECTORALE DANS LES ÉCOLES : L’ANIE et le MEN interpellés

Alors qu’un congé de 21 jours leur a pourtant été accordé depuis le 4 novembre dernier pour, justement, se consacrer aux prochaines élections, des enseignants, des administrateurs et mêmes des directeurs, candidats aux élections locales, mènent leur campagne au sein des établissements scolaires. Une situation que vient de dénoncer des inspecteurs de l’Éducation dans des rapports adressés à la tutelle.

Il semble, en effet, que les fonctionnaires du secteur de l’éducation soient nombreux à enfreindre la loi électorale qui interdit aux travailleurs de la Fonction publique candidats aux différentes élections, de continuer à exercer durant la période de la campagne. Neufs jours après le début de la campagne électorale pour les locales du 27 novembre, ces derniers persistent à se rendre aux établissements scolaires pour assurer leur fonction. Il s’agit, selon les mêmes rapports, de fonctionnaires de l’administration, de chefs d’établissements et d’intendants outre des enseignants à avoir transformé leurs bureaux en espace pour la promotion de leurs programmes électoraux, ceci afin de s’approcher des élèves pour qu’ils puissent convaincre les parents à voter pour eux.
Tout cela se fait sans que ces derniers ne soient inquiétés notamment par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) et le ministère de la tutelle. Il a été relevé, dans le même contexte, que ce qui a compliqué davantage la situation, c’est le fait que les directions de l’éducation soient dans l’incapacité de trouver des remplaçants notamment pour les postes administratifs tels que l’intendance ou la direction, et ce au moment où le secteur de l’éducation enregistre le nombre le plus élevé de travailleurs candidats à ces élections.

Boualem Amoura : «des sanctions doivent impérativement être appliquées »
Le secrétaire général du syndicat national des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), Boualem Amoura, a rappelé que l’utilisation des établissements scolaires à des fins politiques est illégale et interdite pas la loi, regrettant toutefois le fait que les parties concernées, à leur tête l’ANIE, ferme les yeux face à ces dépassements et n’agissent pas comme il se doit. Contacté hier, Amoura a estimé que le ministère de l’Éducation doit prendre les dispositions nécessaires afin de maintenir l’école loin de l’idéologie et de la politique, rappelant qu’un congé payé a même été accordé aux candidats pour se consacrer à leur campagne loin des enceintes des écoles. Pour conclure, le SG du SATEF a invité les inspecteurs à intervenir et ne pas se contenter uniquement d’établir des rapports. « Les directions de l’éducation sont également appelées à agir contre les contrevenants qui doivent impérativement être sanctionnés », a-t-il insisté.
Ania Nait Chalal

Related posts

Insuffisance rénale : 30% des algériens en souffrent

courrier

L’ALGÉRIE NE FIGURE PAS DANS LE RAPPORT ANNUEL DU SECRÉTARIAT D’ÉTAT US SUR LA QUESTION : « La liberté de culte, un droit consacré par la Constitution »

courrier

CHAÎNES INTERMINABLES DEVANT LES BUREAUX DE POSTE : Un relâchement source d’inquiétude

courrier

LE PROFESSEUR MUSTAPHA KHIATI DONNE L’ALERTE SUR LE DRAME DES ENFANTS VICTIMES DE LA HARGA : «La responsabilité est double: publique et parentale»

courrier

Algérie 2 - 0 Bénin : La «grinta» retrouvée, les Verts se rapprochent du Cameroun

courrier

RÉGULARISATION DES PRÉ-EMPLOIS : Fini avec le CDD d’ici décembre 2023

courrier