BEM

Dernier jour hier des épreuves du BEM : La fraude par internet la seule tâche noire

Les examens du Brevet de l’enseignement moyen ont touché hier à leur fin. Bien que les épreuves se soient déroulées, en général, dans de bonnes conditions, il a été, toutefois, enregistré des tentatives de fraude à travers la diffusion des sujets sur les réseaux sociaux. Quant à la nature des questions de chaque matière, les avis divergent. Selon les candidats, certains sujets ont été abordables et d’autres difficiles, notamment, celui des mathématiques et de la physique.

Les trois jours consacrés aux épreuves du BEM se sont, en effet, écoulés hier. Les candidats ont concourus pour la dernière journée, l’examen de français et de science naturelle la matinée, et la langue amazighe l’après-midi. La majorité d’entre eux se sont déclaré satisfaits des sujets, quoique certains les aient trouvés parfois longs. Les matières qui ont été qualifiées de compliquées sont, faut-il le souligner, celles des mathématiques, de physique, d’histoire géographie, et de sciences naturelles. S’agissant des autres matières, la tendance tournait entre l’abordable au facile. Concernant le volet organisationnel de cet examen officiel ayant succédé à l’examen de fin de cycle primaire du 23 mai dernier, il faut dire qu’il s’est déroulé dans les normes et dans de bonnes conditions. La seule tâche noire, cependant, qui a marqué le BEM mais qui touche également l’examen de cinquième et le Bac, est la fraude à travers l’utilisation de moyens technologiques que les autorités ne sont pas arrivées à maitriser totalement. En effet, outre les sujets d’examens de fin du cycle primaire, des sujets du BEM ont été également diffusés sur les réseaux sociaux par les candidats quelques temps après que ces derniers leurs soient distribués.
Une pratique, devenue tendance, chez les fraudeurs qui tentent d’arracher des solutions et des réponses aux internautes, mais que le ministère de l’éducation tente de combattre à travers la mise en place de plusieurs dispositions le permettant.
Cette année, l’Office national des examens et concours de Kouba à Alger (ONEC), de même que l’Office régional de Batna, ont été soumis à la surveillance par le biais du Centre de commandement et de contrôle CCC à travers la mobilisation de 32 caméras pour les besoins de surveillance des salles de conservation des sujets des épreuves.
Aussi, l’activité du Service central de lutte contre les crimes liés aux technologies de l’information et de la communication (TIC) a été réactivée à cet effet. Des brouilleurs ont été, en outre, mis à la disposition du ministère de l’éducation nationale. Pour une bonne sécurisation du BEM, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a mobilisé, pour sa part, 12 000 agents. À noter que le nombre total des candidats à cet examen, dont les résultats seront affichés le 18 juin prochain, s’élève
à 595 865 candidats, contre 566 221 l’année précédente, soit une hausse de 5,9%, selon les chiffres fournis par le département de Nouria Benghabrit. Les élèves qui auront obtenu une moyenne égale ou supérieure à 10/20 accèderont automatiquement en classe de première année secondaire sur la base de la moyenne décrochée à l’examen national et celle de l’évaluation continue de l’année. Le taux de réussite à l’examen du BEM, pour la session de juin 2017 a été estimé à 56,33%.
Ania Nait Chalal

Concours de recrutement externe   
Le retrait des convocations à partir d’aujourd’hui
La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, a fait savoir, hier, sur sa page facebook, que les candidats concernés par le concours de recrutement de 8536 enseignants du cycle primaire, et administrateurs, devant être organisé le 12 juin prochain, peuvent, à partir d’aujourd’hui, retirer leur convocation. Cette operation pourra se faire à compter de 17h sur le site internet www.concours.onec.dz, a-t-elle précisé. Il convient de souligner que ce concours de recrutement prévoit 3378 postes pour les enseignants du primaire,  suivi d’un quota de 2265 postes pour les superviseurs éducatifs, de 1407 postes pour les adjoints de laboratoires, de 694 postes pour les intendants-adjoints, de 329 postes pour les conseillers d’orientation scolaire et professionnelle, de 300 postes pour les  adjoints technique principal de laboratoire et enfin de 213 postes pour les intendants.
A. N. C.