Opep

DEMANDE PÉTROLIÈRE MONDIALE EN 2020 : L’Opep revoit ses prévisions après «une forte croissance» de l’offre

L’Opep a annoncé, hier, avoir réduit ses prévisions de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2020 en raison du ralentissement économique, ce qui justifie, selon le cartel, le maintien de la stratégie visant à prévenir un «engorgement du marché» de l’or noir. C’est dans son rapport mensuel que l’OPEP a indiqué avoir abaissé sa prévision de la croissance de la demande globale pour l’an prochain, qu’elle estime de 60 000 barils par jour (bpj) à 1,08 million de bpj et précise que le marché devrait être «excédentaire».
La publication du rapport mensuel de l’organisation des pays exportateurs du pétrole intervient la vieille de la tenue, aujourd’hui, de la réunion ministérielle de l’Opep, à Abu Dahabi, et la teneur du dit-rapport incitera, sans nul doute en plus que d’autres donnes, notamment de la géopolitique et les stocks américains, le cartel et ses alliés, dont la Russie, à maintenir ou à opter pour de nouvelles mesures dans leur politique d’encadrement de la production. Sur la réunion d’aujourd’hui, à Abu Dahabi, à laquelle participera le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab, l’Irak a déclaré de son côté que la réunion ministérielle de l’Opep et ses partenaires dans l’accord de réduction du niveau de production de l’or noir  porterait «entre autres sur la nécessité ou non de réduire davantage les pompages». Le rapport de l’organisation des pays exportateurs du pétrole indiquant que l’Opep dit avoir réduit sa prévision de la croissance économique mondiale pour 2020, à 3,1% contre 3,2%, il est précisé que l’augmentation de la demande pétrolière, attendue l’an prochain devrait être inférieure à la «forte croissance» de l’offre de producteurs concurrents, principalement les États-Unis. Pour l’Opep, «la responsabilité  partagée de tous les pays producteurs  pour assurer la stabilité du marché pétrolier» est de mise, afin d’éviter, indique le cartel «une volatilité indésirable et un possible retour à un déséquilibre du marché» précise l’organisation.
Pour rappel, l’Opep et ses alliés dans l’accord de réduction du niveau de production de l’or noir ont reconduit, juillet dernier, l’accord d’encadrement de la production, jusqu’à mars prochain, en vu de réduire leur offre de 1,2 million de bpj pour soutenir les cours du produit, sur le marché mondial du pétrole. L’Opep a estimé dans son rapport que l’offre «sera supérieure de 340 000 bpj à la demande» si l’Opep, est-il précisé «continue de produire» au niveau enregistré en août dernier.
Karima B.